Pour une véritable coopération pluri professionnelle !

Dans un monde idéal, en France la médecine générale serait traitée comme elle le mérite.
Quand elle demande plus de moyens pour répondre aux besoins de la population, elle serait entendue.

Le sous investissement sur la médecine générale est de 5 milliards d’euros par an dans notre pays par rapport à la moyenne des pays de l’OCDE*. Alors que la France est un des pays qui dépense le plus pour la santé.

En rattrapant cette différence on pourrait donner une secrétaire et un assistant à chaque généraliste français.De quoi contribuer à améliorer l’offre de soins sur tous les territoires en permettant au médecin généraliste d’accepter plus de patients et d’être ainsi mieux payé.

Au lieu de cela, le gouvernement propose de nous "soulager” en accordant l’accès direct à certaines professions paramédicales !

Les adhérents de MG France ont inventé l’inter pro, les maisons de santé pluri professionnelles, les assistants pour les généralistes, les infirmiers Asalee, les CPTS.  

MG France serait opposé à la coopération parce que nous protestons contre le projet de loi de financement de la sécu ?
Allons donc !

Les médecins généralistes sont demandeurs de collaboration et pas de substitution. De coopération interprofessionnelle et pas de transferts de tâche.
Alors oui, nous protestons !
Pour que les choses reviennent dans le cadre normal d'une coopération décidée d'un commun accord, utile, cohérente et loyale.

Jacques BATTISTONI
Président de MG France

* : Il y a en France environ 10 milliards de différence dans la répartition des dépenses de santé entre ville et hôpital, comparé à la répartition moyenne dans l’OCDE. Nous estimons que si seulement la moitié de cette différence revenait aux soins de ville, on réglerait la plupart des problèmes actuels d’accès aux soins tout en déchargeant l’hôpital.

https://www.oecd-ilibrary.org/social-issues-migration-health/panorama-de-la-sante-2019_5f5b6833-fr

Unité syndicale chez les médecins libéraux pour une mobilisation générale à partir du 13 novembre

logo_mgfrance_color2.jpg    image005.png      image001.png       image002.png       image003.png

Les syndicats médicaux représentatifs MG France, Le Bloc, CSMF, FMF et SML se sont réunis ce mercredi 4 novembre.

Ils ont partagé leurs analyses et points de vue sur le projet de loi de santé. Ils ont renouvelé leur opposition ferme et déterminée au tiers payant généralisé obligatoire qu'ils ne mettront pas en œuvre ; ils affirment leur attachement à la médecine libérale, au libre choix du patient, à la préservation du secret médical, à la place centrale du patient dans le système de soins, organisé autour du médecin traitant, médecin spécialiste en médecine générale, en coordination avec les médecins spécialistes libéraux, et les autres professionnels de santé libéraux de proximité, permettant un accès pour tous dans les territoires. Les médecins libéraux revendiquent d'être les organisateurs de leurs territoires de santé. Ils affirment leur opposition à l'exclusion du secteur hospitalier privé des missions de service public, leur condamnation du démantèlement du métier médical.

Quelques jours avant la nouvelle lecture de ce projet de loi qui soulève une réprobation large et majeure, les syndicats signataires appellent tous les médecins, quel que soit leur sensibilité ou secteur d'exercice ou spécialité, et aux autres professionnels de santé à exprimer leur opposition en participant au mouvement d'arrêt d'activité à partir du vendredi 13 novembre et en s'associant aux actions diverses, grèves de la permanence des soins, manifestations régionales ou nationales dans les jours qui suivront.

Soucieux de construire l'avenir, les syndicats signataires ont décidé de se réunir dans les semaines qui viennent pour dégager les grands axes communs et partagés en vue de la négociation au printemps prochain de la future convention médicale. Ils présenteront leurs propositions pour l'avenir au cours d'Assises de la médecine libérale qu'ils organiseront ensemble le 11 février prochain à Paris.

 

Dr Claude LEICHER                      Dr Bertrand de ROCHAMBEAU                            Dr Jean-Paul ORTIZ
Président M.G. France                       Co-Président du BLOC                                   Président de la CSMF
Port. : 06 25 20 01 88                        Port. : 06 48 20 16 77                                     Port. : 06 07 86 08 83


                                 Dr Jean-Paul HAMON                                              Dr Eric HENRY
                                 Président de la FMF                                              Président du SML
                                Port. : 06 60 62 00 67                                          Port. : 06 99 64 09 66
 


Référence du communiqué de presse :
N° 385 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

Slider
 

Newsletter

 
 

Calendrier

 
03 Déc 2021
14:00 - 17:30
Colloque MG France
04 Déc 2021
09:00 - 16:30
AG MG France
27 Jan 2022
09:00 - 17:00
Comité Directeur
 

Informations

 
13, rue Fernand Léger, 75020 PARIS 01 43 13 13 13 services@mg-france.fr

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que NotAllowedScript61a3b77f6b60fReCAPTCHA, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce site web utilise un certain nombre de cookies pour gérer, par exemple, les sessions utilisateurs.