Actualité

Une importante délégation de membres du syndicat des généralistes a déposé jeudi 17 septembre un recours auprès du directeur de la CNAMTS, M. Nicolas Revel, pour supprimer l'inéquité de traitement subie par les médecins généralistes, qui cotent aujourd'hui leur consultation 2 euros de moins que les autres spécialités.

"Cette inéquité de traitement est la résultante directe d'un avenant à la convention médicale signé par la CSMF et le SML en fin 2006, commente le président de MG France, Claude Leicher. Cet avenant coûte à chaque généraliste 10 000 euros par an. C'est à dire que les médecins spécialistes en médecine générale ont perdu 80 000 euros en 8 ans à cause de cet avenant discriminatoire signé par 2 syndicats poly catégoriels"

La délégation de MG France reçue par Nicolas Revel, qui comportait 10 membres du syndicat des généralistes venus de toutes les régions de France, a présenté au directeur de l'Assurance-maladie une demande en vue de modifier cette nomenclature. "En cas de refus de ce dernier, nous déposerons un recours en Conseil d'Etat, pour inéquité et inégalité de traitement en défaveur de la médecine générale, qui est une spécialité à part entière", a ajouté Claude Leicher.

Le directeur de la CNAMTS a répondu à la délégation que la demande du syndicat s'intègre dans la négociation conventionnelle qui commencera en janvier. "Cela signifie que M. Revel se détache de la position de son prédécesseur, qui a été porteur de cette inégalité de traitement", a commenté Claude Leicher à l'issue de la rencontre. "Il ne voit pas d'opposition, sur le plan du principe, ni de raison de contester notre demande. Pour autant il n'y répondra pas dans le moment présent, mais il comprend parfaitement notre revendication relative à l'inéquité de traitement entre les spécialistes auxquels nous appartenons."

Les généralistes maltraités

MG France a obtenu l'annulation de l'avenant 19 à la convention. Mais un 2ème acte administratif qui comportait une mesure de nomenclature n'a pas été annulé. Aujourd'hui MG France demande la suppression de cette dernière mesure.

"Cette question ne résout pas la revalorisation qui est nécessaire et qui est attendue par les médecins généralistes, a ajouté Claude Leicher. Les 2 euros demandés constituent une mesure d'équité, d'égalité de traitement. La question de la revalorisation reste sur la table et ne sera en rien résolue par note demande relative à ces 2 euros. Les 25 euros ne sont qu'une première étape. La 2ème étape viendra avec la négociation de janvier prochain. Les généralistes travaillent 30 % de plus et sont payés 30 % de moins ! Pour quelles raisons sommes-nous maltraités ainsi ? Pourquoi maltraite-t-on les acteurs des soins primaires que nous sommes ?"

"Le système de santé français coûte plus cher, il est moins performant. La raison probable est qu'il n'y a pas de soins primaires organisés dotés des moyens nécessaires pour les médecins généralistes. Cette situation ne peut plus perdurer !", a conclu Claude Leicher.

logo-mgfrance2016_footer.png

Premier syndicat de médecins généralistes, a été créé en 1986 par la fédération de syndicats départementaux avec pour objectifs : la revalorisation de la Médecine Générale, des soins de qualité accessibles à tous et faire de la médecine générale une spécialité reconnue

Sites associés

MG Form
La formation du Généraliste

France AGA
Association de Gestion Agréée
des professionnels de santé

Medsyn
La télétransmission en
toute quiétude