Actualité

La vigilance dans la prescription est essentielle. Elle est la préoccupation quotidienne de tous les médecins quelle que soit leur spécialité. La prescription restreinte à certaines spécialités est un non-sens qui limite l’accès aux soins dans certains cas et n’assure en rien la sécurité sanitaire.

Concernant le Rivotril : largement utilisé hors AMM par tous les médecins dans la prise en charge de la douleur, et dans certains troubles psychiatriques, sa prescription initiale est réservée depuis janvier 2012 aux seuls neurologues et pédiatres. Cette réponse administrative à un problème réel de mésusage induit une augmentation de la prescription de prégabaline dans les douleurs neuropathiques et une surcharge de travail pour les neurologues qui se voient contraints de represcrire annuellement le traitement dans ces indications hors AMM.

Concernant le Vastarel : en 2011 l’ANSM recommande l’arrêt de la commercialisation de ce médicament en raison d’un rapport bénéfice/risque défavorable. L’EMA (Agence Européenne du Médicament) est saisie et recommande la suppression de toutes les indications du Vastarel, sauf dans l’angor stable et en deuxième intention. Autrement dit jamais … Et voilà cette molécule dangereuse en prescription restreinte. Quel est le sens de cette décision ?

Concernant le Crestor : plus cher et pas plus efficace que les autres statines. Comment réduire la dépense ? En limitant sa prescription par les généralistes ! Encore une fois où est la logique ? Ce médicament devient-il plus efficace et moins cher s’il est prescrit par un autre ?

Concernant les aérosols de salbutamol : Efficaces dans les formes graves ou terminales de BPCO en poussée, ils sont en prescription restreinte. En cas d’urgence extrême ou dans nos vertes campagnes comment fait-on ? La seule solution reste l’hospitalisation (beaucoup plus chère …) ou la débrouille.

En pensant réduire les risques, on diminue l’accès aux soins.
En voulant faire des économies on augmente les dépenses.
En reportant les prescriptions sur certaines spécialités, on ne résout rien et on désorganise un peu plus le système de soins.
La solution ? La fin du système des prescriptions réservées et l’organisation des soins primaires autour du généraliste.
Moins cher, plus efficace et sans conflit d’intérêt.

* Fausse bonne idée

Florence Lapica

 

logo-mgfrance2016_footer.png

Premier syndicat de médecins généralistes, a été créé en 1986 par la fédération de syndicats départementaux avec pour objectifs : la revalorisation de la Médecine Générale, des soins de qualité accessibles à tous et faire de la médecine générale une spécialité reconnue

Sites associés

MG Form
La formation du Généraliste

France AGA
Association de Gestion Agréée
des professionnels de santé

Medsyn
La télétransmission en
toute quiétude