Pour une véritable coopération pluri professionnelle !

Dans un monde idéal, en France la médecine générale serait traitée comme elle le mérite.
Quand elle demande plus de moyens pour répondre aux besoins de la population, elle serait entendue.

Le sous investissement sur la médecine générale est de 5 milliards d’euros par an dans notre pays par rapport à la moyenne des pays de l’OCDE*. Alors que la France est un des pays qui dépense le plus pour la santé.

En rattrapant cette différence on pourrait donner une secrétaire et un assistant à chaque généraliste français.De quoi contribuer à améliorer l’offre de soins sur tous les territoires en permettant au médecin généraliste d’accepter plus de patients et d’être ainsi mieux payé.

Au lieu de cela, le gouvernement propose de nous "soulager” en accordant l’accès direct à certaines professions paramédicales !

Les adhérents de MG France ont inventé l’inter pro, les maisons de santé pluri professionnelles, les assistants pour les généralistes, les infirmiers Asalee, les CPTS.  

MG France serait opposé à la coopération parce que nous protestons contre le projet de loi de financement de la sécu ?
Allons donc !

Les médecins généralistes sont demandeurs de collaboration et pas de substitution. De coopération interprofessionnelle et pas de transferts de tâche.
Alors oui, nous protestons !
Pour que les choses reviennent dans le cadre normal d'une coopération décidée d'un commun accord, utile, cohérente et loyale.

Jacques BATTISTONI
Président de MG France

* : Il y a en France environ 10 milliards de différence dans la répartition des dépenses de santé entre ville et hôpital, comparé à la répartition moyenne dans l’OCDE. Nous estimons que si seulement la moitié de cette différence revenait aux soins de ville, on réglerait la plupart des problèmes actuels d’accès aux soins tout en déchargeant l’hôpital.

https://www.oecd-ilibrary.org/social-issues-migration-health/panorama-de-la-sante-2019_5f5b6833-fr

C à 25 euros, comme toutes les spécialités

2016 doit commencer par une consultation de base à 25 euros en médecine générale comme toutes les autres spécialités. Alors que la spécialité de médecine générale est désormais reconnue dans les textes, il faut qu’enfin les médecins puissent mettre en application cette reconnaissance.

Le tarif de la consultation de base à 25 euros par l’application de la MPC de 2 euros, est un dû, mais bien évidemment, ce n’est qu’un préalable aux autres mesures qui sont attendues par les médecins généralistes, en particulier des nogociations conventionnelles qui vont s'ouvrir en mars. Il faudra de vrais mesures, un vrai virage en faveur des soins primaire pour renverser la tendance et enfin attirer les jeunes vers la médecine générale en cabinet.
Nous sommes bien sûr tous favorables à l’accès aux soins prôné par le gouvernement !

Mais le premier écueil, c’est bien l’accès à un médecin généraliste. Son rôle de médecin de prévention, de médecin de proximité qui saura intervenir rapidement lorsque cela est nécessaire, de médecin de la globalité et de l’ensemble des pathologies chroniques le place tout naturellement au centre de notre système de soins.
Pourtant il tend à disparaitre, par manque d’attractivité et de reconnaissance. La disparition du médecin généraliste conduirait à une catastrophe à la fois sanitaire et économique. L’efficience des soins passe par une organisation qui permettrait un accès facilité de l’ensemble de la population à un médecin traitant, qui fait appel à des avis spécialisés lorsque cela est nécessaire. Nous avons besoin les uns des autres, toutes les spécialités ont leur place dans un système organisé.

Pour cela, il faut ramener le revenu des médecins généralistes au niveau de celui des autres spécialités, leur permettant enfin d’être rémunéré à la hauteur de ce qu’ils font au quotidien.
Il est plus que temps que les tutelles prennent les décisions nécessaires pour consolider la médecine générale dans notre système de santé et organise la santé dans notre pays ?

Florence Lapica

--------------------

Votre consultation à 25 euros : mode d'emploi

Vous voulez, comme de nombreux médecins généralistes coter votre consultation à 25 euros. En pratique, comment se passe cette transgression tarifaire ?
Du côté des patients, les choses se déroulent plutôt bien. Au moment du règlement, je n’ai eu qu’à dire : "le prix de la consultation est passé à 25 euros". Cela avait l’air tout simplement évident, naturel.

Pour établir la feuille de soin papier ou la FSE, le "tuto" du site MGF est parfait. J’ai trouvé mon logiciel dans la liste et j’ai suivi le pas à pas.
Quant aux craintes relatives à l’aspect "légal" de cette transgression tarifaire, elles ont également été rapidement levées en lisant que tout a bien été borné par mon syndicat et que je ne suis pas seule.
Aussi n’hésitez plus : 25 euros ce n’est que le prix de la consultation de base de tout médecin spécialiste depuis 2011. C’est surtout la juste demande d’une équité tarifaire normale. Les négociations conventionnelles à venir doivent s’ouvrir en ayant tranché cette question.

Isabelle Leclair

Slider
 

Newsletter

 
 

Calendrier

 
03 Déc 2021
14:00 - 17:30
Colloque MG France
04 Déc 2021
09:00 - 16:30
AG MG France
27 Jan 2022
09:00 - 17:00
Comité Directeur
 

Informations

 
13, rue Fernand Léger, 75020 PARIS 01 43 13 13 13 services@mg-france.fr

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que NotAllowedScript61a3c0d18987fReCAPTCHA, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce site web utilise un certain nombre de cookies pour gérer, par exemple, les sessions utilisateurs.