ANTISÈCHE COVID

Imprimer
Info Express

Parce que s'y retrouver devient difficile, MG France vous propose une page "antisèche" COVID Vous y retrouverez  les questions que vous vous posez en pratique. 

Nous essaierons d'actualiser cette page au rythme des nouvelles modifications réglementaires... 

Les types de tests

Toujours open bar avec un peu de priorités, pris en charge à 100% Régime Obligatoire.

  • RT-PCR : gold standard, recherche ARN viral, prélévement naso-pharyngé désagréable,technique longue sur machine labo
  • Tests salivaires : exactement pareil que la PCR, prélévement beaucoup plus simple mais sensibilité plus faible => seulement patients sympto et si le prélévement naso-pharyngé est impossible
  • Tests antigéniques : recherche protéines virales (spike et enveloppe), technique immuno- enzymatique facile à mettre en oeuvre sans machine, rapide (résultat en 20 minutes), prélévement naso-pharyngé, sensibilité correcte chez les patients symptomatiques.
  • Toutes les précisions sur les tests antigéniques ici

 

Quand  tester

On traite ici des tests PCR. Les tests antigéniques ne se font que pour les patients symptomatiques de moins de 65 ans et sans facteurs de risque si on ne peut avoir de PCR rapidement (moins de 48 heures)

  • Symptomatique : sans délai
  • Symptomatique et moins de 6 ans : attendre 3 jours et si le rhume passe, pas de test et reprise en collectivité sans formalité (pas de certificat).
  • Cas contact symptomatique : sans délai

Qui tester

  • Si symptômes compatibles, sans hésiter : ce sera souvent négatif mais ne pas louper les cas !
  • Si contact avéré avec un cas Covid+ (On est cas contact si contact de 15 minutes ou plus sans protection ni distance avec une personne malade Covid ou qui a été testée Covid+ dans les trois jours suivants ce contact.).
  • En cas de symptômes persistants malgré un test initial négatif
  • Chez les petits de moins de 6 ans si symptômes durant plus de trois jours

Les masques

  • Toujours distribués en officine pour les Covid+ et les cas contact signalés sur SIDEP.
  • Toujours distribués en officine pour les personnes vulnérables au sens du décret du 29 aout : immunodéprimés, cancers en évolution et sous traitement, IR sévère ou dialysés, greffés et >65 ans avec diabète compliquéet ou obésité.
  • Pour les médecins libéraux : distribution de masques en officine jusqu'à épuisement des stocks sur présentation de la carte CPS.

Les arrêts

  • Covid+ : par médecin traitant ou par contact Covid
  • Cas contact : par contact Covid ou declare ameli
  • Patients vulnérables (décret du 11 novembre(cf ci-dessous) : Plus possible d’obtenir un arrêt automatique sur“declare ameli” depuis le 31 août. L’arrêt relève de la maladie si l’état du patient le justifie.
  • Le cas des patients vulnérables peut aussi se régler avec la médecine du travail ou dans la fonction publique en sollicitant une autorisation spéciale d’absence auprès de la commission médicale
  • Pour les soignant(e)s :considéré(e)s comme “essentiel(le)s”, ils ou elles peuvent travailler lorsqu’ils ou elles sont Covid+ avec mesures barrières +++
  • Pour les médecins libéraux malades Covid, arrêt maladie à fournir aussitôt à la CPAM et à la CARMF avec indemnisation sans carence 112€/jour CPAM et 3 classes CARMF (classe A :68,88 €/jour, classe B : 103,32 €/jour, classe C : 137,76 €/jour). Attention, ne pas faire de TCG !
  • Pour les médecins libéraux très malades Covid(oxygénothérapie requise) : déclaration enmaladie professionnelle.

Les quarantaines

  • Ce sont maintenant des “septaines”
  • Covid + : isolement 7 jours voire plus, car obligatoire jusque 48h après fin des symptômes(fièvre, toux intense)
  • Cas contact : isolement 7 jours après le contact, test à J5-J7 du contact et libération si test négatif, si test positif isolement encore 7 jours au moins même si asymptomatique.
  • Pas de test après isolement pour autoriser la libération

Personnes à risque

Depuis le 11 novembre les critères de vulnérabilité ont été mis à jour par décret.

La liste a été modifiée et l’on retrouve aujourd’hui de nombreuses pathologies neurologiques qui n’étaient pas prises en compte jusqu’alors.

De même, sont apparues de nombreuses limitations liées au poste de travail.

Sont considérées comme personnes à risque :

  • Les patients âgés de 65 ans et plus ;
  • Les patients aux antécédents cardio-vasculaires : hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), ATCD d'accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
  • Le diabète non équilibré ou compliqué ;
  • Les patients atteints d’une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d'une infection virale : (broncho-pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d'apnées du sommeil, mucoviscidose notamment) ;
  • Les patients atteints d’une insuffisance rénale chronique dialysée ;
  • Les patients atteints de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) ;
  • Les patients obèses (indice de masse corporelle (IMC) > 30 kgm2) ;
  • Les patients atteints d'une immunodépression congénitale ou acquise :
  • médicamenteuse : chimiothérapie anticancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive ;
  • infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 < 200/mm3 ;
  • consécutive à une greffe d'organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques ;
  • liée à une hémopathie maligne en cours de traitement ;
  • Les patients atteints de cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins ;
  • Les patients porteurs d’un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie ;
  • Les patientes au troisième trimestre de la grossesse ;
  • Les patients atteints d'une maladie du motoneurone, d'une myasthénie grave, de sclérose en plaques, de la maladie de Parkinson, de paralysie cérébrale, de quadriplégie ou hémiplégie, d'une tumeur maligne primitive cérébrale, d'une maladie cérébelleuse progressive ou d'une maladie rare.

Pour les personnes à risque salariées, il faut pouvoir soit recourir entièrement au télétravail, soit bénéficier des mesures de protection suivantes :

  • L'isolement du poste de travail, notamment par la mise à disposition d'un bureau individuel ou, à défaut, son aménagement, pour limiter au maximum le risque d'exposition, en particulier par l'adaptation des horaires ou la mise en place de protections matérielles ;
  • Le respect, sur le lieu de travail et en tout lieu fréquenté par la personne à l'occasion de son activité professionnelle, de gestes barrières renforcés : hygiène des mains renforcée, port systématique d'un masque de type chirurgical lorsque la distanciation physique ne peut être respectée ou en milieu clos, avec changement de ce masque au moins toutes les quatre heures et avant ce délai s'il est mouillé ou humide ;
  • L'absence ou la limitation du partage du poste de travail ;
  • Le nettoyage et la désinfection du poste de travail et des surfaces touchées par la personne au moins en début et en fin de poste, en particulier lorsque ce poste est partagé ;
  • Une adaptation des horaires d'arrivée et de départ et des éventuels autres déplacements professionnels, compte tenu des moyens de transport utilisés par la personne, afin d'y éviter les heures d'affluence ;
  • La mise à disposition par l'employeur de masques de type chirurgical en nombre suffisant pour couvrir les trajets entre le domicile et le lieu de travail lorsque la personne recourt à des moyens de transport collectifs.

Pour télécharger le PDF reprenant l'ensemble, cliquez ICI

Pour télécharger le PDF sur les tests antigéniques : comment çà marche ? pour qui ? En pratique ? Les cotations ?, cliquez ICI 

Pour télécharger le logigramme sur les tests c'est ICI