Editorial de Jacques Battistoni

Notre problème, c’est le temps...

L’accès aux soins sera un des thèmes principaux de la campagne électorale. Les difficultés de nos concitoyens à la recherche d’un médecin traitant et l’inquiétude des élus locaux quand leur territoire perd ses médecins généralistes occupent les équipes de campagne des candidats qui cherchent des solutions. Pas toujours pertinentes, hélas ! Les médecins généralistes en activité sont en difficulté sous la pression des patients qui à juste titre exigent d’être pris en charge.


MG France fixe deux priorités destinées à limiter ces effets :

  • inciter les médecins généralistes à ne pas cesser prématurément leur exercice : épuisés par la charge de travail, certains d’entre eux redoutent l’effet « domino » provoqué par le départ de confrères vers la retraite ou un exercice plus facile.
  • leur proposer tous les moyens existants pour consolider et renforcer l’offre de soins.

Pour les généralistes tentés de passer la main, il faut mieux rémunérer les actes complexes, éviter à tout prix les récriminations tatillonnes et souvent injustifiées des caisses de l’assurance maladie, et bien sûr faciliter et simplifier leur exercice. À ceux qui le souhaitent, il faut proposer de passer à la médecine générale avancée. Une pratique différente, avec des assistants médicaux sans conditions décourageantes, avec des infirmiers de santé publique et/ou de pratique avancée, avec l’accès à des locaux permettant le fonctionnement d’une véritable « équipe du médecin traitant », permettant de recevoir des internes en médecine générale. Et ainsi de rendre l’exercice de ceux qui le veulent à la fois plus confortable et plus attractif.

Pour MG France, ces solutions seront portées par la prochaine convention médicale,qui devra promouvoir les changements nécessaires : simplifier l’exercice, faciliter l’accès à un assistant médical, à une infirmière de santé publique, rendre possible une collaboration efficace entre infirmier de santé publique et médecin traitant. Il n’est pas acceptable de laisser à des parlementaires soumis à la pression des lobbys le soin de décider à notre place du champ de nos activités professionnelles. Le cadre conventionnel ouvre une négociation entre syndicats et assurance maladie. C’est la convention qui, demain, devra modéliser la collaboration entre professionnels de santé. Quoi qu’il en coûte !

Afin de négocier dans de bonnes conditions, il faut convaincre.
D’abord, convaincre les futurs décideurs et responsables politiques de la justesse des propositions détaillées plus haut, et de la nécessité d’un investissement significatif pour améliorer les conditions de travail des médecins traitants sur le territoire. Le soutien de nos patients, exprimé par la pétition en faveur de leur médecin traitant, contribue à cette prise de conscience. Ensuite, nous appuyer sur un consensus scientifique et professionnel en faveur d’un système de santé organisé. Enfin, négocier en position de force, en construisant un accord intersyndical et en prolongeant le dialogue instauré avec les autres professions de santé,puis en confrontant nos propositions avec celles de l’assurance maladie.

C’est dans ce but que nous avons rédigé les 20 recommandations que vous trouverez ici.

Elles auront d’autant plus de poids que vous en ferez la promotion autour de vous, pendant le débat électoral puis lors de la négociation conventionnelle, grâce notamment à la pétition que nous vous proposons. La crise démographique que traverse notre profession sera malheureusement durable. Elle appelle des solutions ambitieuses et une modification des pratiques. Pour cela il faut une volonté sans faille et des moyens conséquents.
Il convient donc, d’abord, de convaincre ! Soyez assurés que MG France s’y consacre totalement.
Jacques BATTISTONI, Président de MG France.

 

Newsletter

 
 

Formations

 
 

Informations

 
13, rue Fernand Léger, 75020 PARIS 01 43 13 13 13 services@mg-france.fr

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Pour en savoir plus sur la politique de cookies

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que NotAllowedScript62fd7ced5592eReCAPTCHA, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce site web utilise un certain nombre de cookies pour gérer, par exemple, les sessions utilisateurs.