Le coin des conseils juridiques...Merci, MG Services

Interphone fou.

La copropriété décide unilatéralement de supprimer l’interphone direct qui permet au Docteur C... d’ouvrir la porte à ses malades depuis son bureau. Brimade qui l’oblige à traverser la salle d’attente et à utiliser l’interphone général situé près de la porte palière, évidemment pas pratique. Ce qui est pratique : notre intervention permet de mettre ce point à l’ordre du jour de l’assemblée générale de  copropriété.  Celle-ci  constate  que  la  suppression  du système a été réalisée sans délibération et ne voit pas d’obstacle à rétablir le Docteur C... dans ses droits. Cette décision est en outre actée au PV de l’assemblée générale. L’interphone direct est donc réinstallé. Le confort d’exercice, cela tient à des « détails ». Et la tranquillité d’esprit, c’est important.
Burn out et harcèlement : attention au vocabulaire utilisé
Le Docteur D... nous fait appel. Elle a rédigé un certificat d’accident de travail pour une patiente en « burn out » suite à un harcèlement hiérarchique. Elle connaît bien sa patiente et la plainte de cette dernière dure depuis des mois. Trop, c’est trop ! Mais dans sa volonté bien compréhensible d’aider sa patiente, le Docteur D... commet une erreur, une toute petite erreur : « Burn out provoqué par un harcèlement au travail ». L’employeur (qui reçoit le certificat, c’est la procédure normale) attaque immédiatement notre consœur devant l’Ordre des Médecins. « Le Dr D... relate des faits qu’elle n’a pas pu constater».En effet, il faut être très prudent dans la rédaction d’un certificat médical qui ne peut décrire que les éléments constatés par le médecin. Ici, l’état de « burn out » n’est pas contestable, c’est un diagnostic. Mais le harcèlement au travail n’a pas pu être directement constaté par le Dr D... En l’espèce, le jugement sera rendu selon l’appréciation des circonstances, avec une marge d’incertitude que nous essaierons de réduire dans l’intérêt du Dr D... dont la bonne foi ne fait pas de doute. La bonne rédaction : « Burn out que la patiente rapporte à un harcèlement au travail ». OK, c’est un peu plus long. Ça dit la même chose. Pas exactement, des petits mots qui changent tout. C’est la patiente qui parle de harcèlement. Un certificat médical vous engage. Même rédigé sur un imprimé CERFA. Une règle absolue :  uniquement ce que vous avez constaté vous-même !

 

Newsletter

 
 

Formations

 
 

Informations

 
13, rue Fernand Léger, 75020 PARIS 01 43 13 13 13 services@mg-france.fr

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Pour en savoir plus sur la politique de cookies

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que NotAllowedScript63da281bb876bReCAPTCHA, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Autres cookies

Ce site web utilise un certain nombre de cookies pour gérer, par exemple, les sessions utilisateurs.