Ce mardi 18 septembre, le Président de la République propose d’organiser les soins de ville afin de mieux répondre aux demandes de soins de la population.


Cette annonce répond à une attente très ancienne des professionnels de santé libéraux.

  • La France a choisi en 1958 d’organiser son système de santé autour des centres hospitaliers universitaires, afin de développer une médecine d'expertise spécialisée pour répondre aux défis posés après la guerre par la diffusion du progrès médical.
  • Aujourd’hui, l’urgence est au développement d’un réseau de professionnels de santé organisés sur tout le territoire, apportant à la population les soins de proximité dont elle a besoin, et répondant aux défis de notre 21ème siècle : maladies chroniques et vieillissement de la population conjugués avec une démographie médicale en tension.

Soigner plus et soigner mieux, malgré une démographie des médecins généralistes en baisse actuelle, impose d’être imaginatifs et ambitieux. La mise à disposition d’un assistant de cabinet médical est une mesure de bon sens que MG France a proposée aux pouvoirs publics. Elle doit permettre de faire face plus aisément à la baisse du nombre de médecins en permettant au médecin généraliste de se consacrer à ses missions principales. Mais l'impact de cette mesure ne sera réel que si elle est facile à déclencher par les médecins généralistes qui en ont besoin.

Le Président de la République a entendu la demande des professionnels de développer une réponse territoriale structurée et collective aux besoins de santé. Leurs communautés de santé vont progressivement définir dans leurs territoires un mode d’emploi du système de santé pour la population, lui proposer des actions de prévention et de dépistage, et organiser une réponse collective à toutes les demandes de soins y compris les urgences. Ces communautés doivent permettre de concilier qualité et confort d’exercice professionnel avec des pratiques de soins adaptées aux besoins de santé d’aujourd’hui.

La révolution des soins ambulatoires est d’abord un chantier immense à mener, d’une ampleur équivalente à celui des CHU en 1958. Ce chantier va nécessiter une conduite de projet sans failles et déterminée, un soutien et un accompagnement des initiatives professionnelles, ainsi qu’un redéploiement des moyens financiers disponibles, au delà de l’augmentation de l’ONDAM qui vient d’être annoncée.

MG France attend des pouvoirs publics, au niveau national comme en région, qu’ils prennent la mesure de ce chantier et lui accordent l’attention et les moyens requis. L’avenir du système de soins français et la santé de la population en dépendent aujourd’hui plus que jamais.

Mots-clés : Président de la République, assistant de cabinet médical, demandes de soins non programmés

Dr Jacques Battistoni - Tél : +33 662 610 999
Dr Margot Bayart - Tél : 06 07 97 60 79
Dr Jean-Louis Bensoussan - Tél : 06 14 55 48 68

Référence du communiqué de presse : N° 2018-29 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

logo-mgfrance

Premier syndicat de médecins généralistes, a été créé en 1986 par la fédération de syndicats départementaux avec pour objectifs : la revalorisation de la Médecine Générale, des soins de qualité accessibles à tous et faire de la médecine générale une spécialité reconnue

Sites associés

MG Form
La formation du Généraliste

France AGA
Association de Gestion Agréée
des professionnels de santé

Medsyn
La télétransmission en
toute quiétude