site mgfrance

Contact MGFrance
Contact MGFrance

Communiqués 2017

Communiqués 2017

Depuis 2011, plusieurs universités refusent de régler les honoraires pédagogiques de certains chefs de clinique, maîtres de conférences ou professeurs universitaires en médecine générale pour leur activité de maitres de stage des universités (MSU). Leurs doyens ont une interprétation discutable du décret du 28 juillet 2008 relatif au personnel enseignant des universités, titulaires et non titulaires de médecine générale [1].

Les maîtres de stage qui cumulent cette fonction avec celles de chef de clinique, maître de conférences ou professeur sont privés de leurs honoraires pédagogiques.

Cette situation est inadmissible.

Les chefs de clinique, maître de conférences ou professeurs qui ont choisi d’être maîtres de stage universitaire, assurent la formation de leurs étudiants pendant leur activité libérale ambulatoire, en complément de leurs fonctions d’enseignant et de chercheur universitaires.

Cette rémunération, qui est remise en question par les universités, concerne la formation des internes de niveau I et II dans le cadre de l’activité libérale de maitre de stage. Elle est totalement indépendante des fonctions universitaires.

A l’heure où tous les responsables politiques s’accordent pour estimer que la maîtrise de stage ambulatoire est un levier essentiel pour l’installation des jeunes médecins généralistes, tous les maîtres de stage doivent bénéficier d’une rémunération de cette activité.

MG France demande au secrétaire d’État chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche d’agir en urgence pour débloquer cette situation.

 

[1] https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000019267080

 

Mots-clés : Maître de stage, université, honoraires pédagogiques.

 

Contacts :

  • Dr Claude LEICHER - Tél : 06 25 20 01 88
  • Dr Jacques BATTISTONI - Tél : 06 62 61 09 99
  • Dr Jean-Louis BENSOUSSAN - Tél : 06 14 55 48 68


Référence du communiqué de presse :
N° 424 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

Aujourd’hui encore, pour une femme médecin qui souhaite concilier vie professionnelle et maternité, l’installation dans un cabinet libéral reste problématique. En effet, lors de l’interruption de son activité, elle doit avoir un revenu de remplacement mais aussi continuer à financer son outil de travail.

Alors que les indemnités journalières et l’allocation forfaitaire de repos maternel assurent un revenu de remplacement, elles ne permettent pas de payer les charges du cabinet.

Cette situation préjudiciable à l’installation aggrave la pénurie en médecins généralistes et les difficultés d’accès aux soins de la population.

Dès 2011 et la précédente campagne présidentielle, MG France a identifié ce problème et proposé de compléter la protection maternité des femmes médecins par un avantage conventionnel supplémentaire maternité (ASM).

L’avenant n°3 à la convention médicale signé le 1er mars 2017 crée cet avantage supplémentaire. Cette mesure facilitera l’installation de nouvelles générations de médecins composées pour 80% de femmes.

La loi de financement de la sécurité sociale 2017 a permis cette avancée. Les partenaires conventionnels l’ont concrétisée avec l’Assurance Maladie ce 1er mars 2017.

Elle profitera à la fin de cette année aux femmes qui veulent mener leurs grossesses dans les meilleures conditions possibles, et à la population qui pourra bénéficier de leurs soins.

 

Mots clés : avantage supplémentaire maternité, installation, exercice libéral.

Contacts :

Dr Claude LEICHER - Tél : 06 25 20 01 88
Dr Laure LEFEBVRE-AUGER - Tél : 06 14 48 81 05
Dr Alice PERRAIN - Tél : 06 19 41 05 17


Référence du communiqué de presse :
N° 423 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)
 

Il n’est pas de jour où les médias ne soulèvent la lancinante question des déserts médicaux, en faisant état des initiatives désespérées de professionnels ou d’élus locaux inquiets de voir disparaître l’offre de soins de leur territoire.
Il n’est pas de semaine où la désorganisation des soins ne se manifeste par des mouvements de protestation de professionnels découragés.
Il n’est pas d’année où le déficit des comptes sociaux ne vienne freiner les tentatives de réorganisation de notre système de santé, aggravant ainsi les pesanteurs héritées d’un hospitalo-centrisme qui date de près de 60 ans.

La France est-elle condamnée à voir se déliter le maillage territorial de soins primaires assuré par les médecins généralistes ?
Nos concitoyens devront-ils se résoudre à ne plus avoir un médecin traitant et à s’adresser aux services d’urgence pour chaque problème de santé ?
La télémédecine peut-elle résoudre les problèmes d’accès aux soins en cas d’éloignement d’un grand centre urbain ?
La médecine générale a t’elle un avenir dans ce pays ?

MG France ne se résout pas au déclinisme ambiant.
MG France ne se satisfait pas des réponses embarrassées des responsables politiques, lues ou entendues lors de récentes interventions publiques.
MG France interpelle les candidats à l’élection présidentielle et demandera des réponses concrètes à leurs représentants santé lors du colloque organisé le 2 mars à la Maison de la Chimie.

 

Colloque
MG France interpelle les candidats
Quelle place pour les soins primaires ?

Maison de la Chimie
Jeudi 2 mars 2017 - 9h

Nombre de places limité
Inscription : http://www.mgfrance.org/participer
 

Mots-clés : décrets médicaux, présidentielle, soins primaires

 

Contacts :

  • Dr Claude LEICHER - Tél : 06 25 20 01 88
  • Dr Jacques BATTISTONI - Tél : 06 62 61 09 99
  • Dr Jean-Louis BENSOUSSAN - Tél : 06 14 55 48 68


Référence du communiqué de presse :
N° 422 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

Alors que la Haute Autorité de Santé (HAS) a confirmé l’absence d’efficacité des médicaments  auprès des patients atteints de la maladie d’Alzheimer, aucune décision n’a encore été prise pour retirer ces médicaments inutiles, coûteux et parfois dangereux. Sur le terrain, les médecins traitants sont, eux, depuis longtemps passés à l’acte, et la prescription de ces médicaments chute rapidement.

Alors qu’une concertation citoyenne et professionnelle a fait en novembre une proposition sur les vaccins recommandés pour les enfants, aucune décision n’a encore été prise. MG France a souligné que la clause d’exemption proposée, pose plus de problèmes qu’elle n’en résout. Pour autant mettre tous les vaccins recommandés au même niveau d’obligation est une nécessité pour la compréhension de leur utilité sanitaire.

Sur ces deux sujets qui concernent la santé publique, le Ministère de la Santé doit maintenant prendre les décisions nécessaires pour protéger les populations les plus fragiles : retirer l’AMM des médicaments anti-Alzheimer, et régler le statut des vaccinations de l’enfant.

A l’approche de l’élection présidentielle, MG France, premier syndicat de médecins généralistes, rappelle sa volonté de maintenir un système de santé fondé sur la solidarité mais aussi sur la défense de la santé publique.

En ce sens, il est urgent que ces deux sujets soient rapidement tranchés.

 

Mots clés : vaccination, Alzheimer, santé publique.
 

Contacts :

  • Dr Claude LEICHER - Tél : 06 25 20 01 88
  • Dr François WILTHIEN - Tél : 06 13 60 54 31
  • Dr Jacques BATTISTONI - Tél : 06 62 61 09 99


Référence du communiqué de presse :
N° 421 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

Parce que le financement de leur outil de travail est une charge importante en cas de grossesse, les femmes médecins libérales décident souvent d’avoir leurs enfants avant de s’installer.

Un forfait supplémentaire doit être créé pour leur permettre de ne pas retarder leur installation. Cet Avantage Supplémentaire Maternité (ASM) leur permettra d’envisager leur avenir professionnel plus sereinement. Il contribuera à lutter contre la pénurie médicale, particulièrement importante en médecine générale.

MG France, qui se bat pour une meilleure protection sociale des médecins, a réclamé cette mesure depuis plusieurs années auprès des gouvernements successifs.
Tous les syndicats médicaux se sont ralliés à cette proposition, désormais possible grâce un article de la Loi de Financement de la Sécurité Sociale (LFSS) 2017, voté sur proposition du Gouvernement.
Les questions qui arrivent tous les jours au siège de MG France montrent, s’il en était besoin, combien cette mesure est attendue par toutes les femmes médecins libérales. Aucune ne comprendrait qu'elles en soient privées pour des raisons politiques ou de secteur d'exercice.

MG France souhaite que la négociation conventionnelle qui s’ouvrira à la CNAM le jeudi 26 janvier leur permette d’en bénéficier au plus vite. MG France demandera la mise en application immédiate, y compris pour les grossesses en cours, de la mesure votée par le parlement.

 

Mots clés : Avantage supplémentaire maternité, LFSS 2017
 

Contacts :

  • Dr Claude LEICHER - Tél : 06 25 20 01 88
  • Dr Nicole BEZ - Tél : 06 20 47 18 23
  • Dr Laure LEFEBVRE - Tél : 06 14 48 81 05


Référence du communiqué de presse :
N° 420 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

 

Le Dr Yves Léopold, médecin généraliste et administrateur de la CARMF, a été le premier à s'emparer du problème de l'épuisement professionnel des médecins, pouvant parfois mener jusqu'au suicide.

Œuvrant pendant de nombreuses années pour la solidarité entre confrères, écoutant attentivement les opinions de chacun pour en tirer le meilleur, il faisait l'unanimité autour de lui par son empathie.

De nombreux médecins lui doivent reconnaissance pour les avoir accompagnés.
Tous saluent l'homme pour son écoute et son humanisme.


 

Contacts :

Dr Nicole BEZ - Tél : 06 20 47 18 23
Dr Martine PELAUDEIX - Tél : 06 80 47 27 56


Référence du communiqué de presse :
N° 419 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)
 

Le lourd bilan de la grippe dans un EHPAD de Lyon est l'occasion pour MG France- Rhône-Alpes de rappeler que la vaccination antigrippale, même si son efficacité n'est pas absolue, prévient un nombre important de grippes très sévères chez les personnes à risque, en particulier les personnes âgées, diabétiques, insuffisantes cardiaques ou respiratoires.

MG France encourage toutes les actions efficaces pour élargir le nombre de personnes à risque vaccinées. C'est pourquoi nous avons proposé que les médecins généralistes puissent disposer dans leurs cabinets de vaccins en stock de façon à pouvoir vacciner directement les patients lors de consultations pour d’autres motifs.

La durée de l'actuelle épidémie étant difficilement prévisible, les personnes à risque peuvent encore se faire vacciner dans les tout prochains jours. Leur médecin traitant peut leur éditer via son "Espace Pro" un bon de délivrance gratuite du vaccin, s'ils ne l'ont pas, ou plus.

La grippe est très contagieuse entre personnes. En cas de symptômes grippaux, il est recommandé de s'isoler le plus possible, de porter un masque et de se laver les mains souvent.

Un arrêt de travail de quelques jours prescrit par le médecin traitant est socialement utile pour limiter la dispersion du virus.

Mots-clés : grippe, EHPAD, vaccination

Contacts :

  • Dr Florence Lapica, déléguée régionale Rhône-Alpes : 06 60 24 21 11
  • Dr Charles Pencz, président de MG 69 : 06 07 87 64 18
  • Dr Roger Bolliet : 06 08 70 37 15


Référence du communiqué de presse :
N° 418 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

 

Depuis le 1er janvier 2017, le tiers payant est de droit pour les patients en ALD (affection de longue durée) ou en maternité sur la seule part prise en charge par l'assurance maladie.
Il doit devenir un droit pour tous les patients le 30 novembre 2017, mais seulement sur la part prise en charge par l’assurance maladie.

Les actes en ALD sont aujourd’hui réalisés en tiers-payant pour 72% des actes des médecins généralistes et 82% de ceux des autres spécialistes. MG France demande la disparition des pénalités et rejets divers qu'ils observent encore parfois.

Les conditions indispensables à la réalisation du tiers-payant sont la simplicité de sa mise en oeuvre et la garantie de paiement apportée au professionnel. Ces conditions ne sont pas encore remplies, même pour les régimes obligatoires.

 MG France recommande aux médecins de boycotter le tiers-payant avec les régimes complémentaires en raison de sa complexité (multiplicité des régimes, des contrats et des intervenants) et surtout en l'absence totale de garantie de paiement.


Mots-clés : tiers-payant, régimes complémentaires, boycott
 

Contacts :

Dr Claude LEICHER - Tél : 06 25 20 01 88
Dr Jacques BATTISTONI - Tél : 06 62 61 09 99
Dr Jean Louis BENSOUSSAN - Tel : 06 14 55 48 68
 

Référence du communiqué de presse :
N° 417 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

logo-mgfrance2016_footer.png

Premier syndicat de médecins généralistes, a été créé en 1986 par la fédération de syndicats départementaux avec pour objectifs : la revalorisation de la Médecine Générale, des soins de qualité accessibles à tous et faire de la médecine générale une spécialité reconnue

Sites associés

MG Form
La formation du Généraliste

France AGA
Association de Gestion Agréée
des professionnels de santé

Medsyn
La télétransmission en
toute quiétude