Presse

L'assemblée générale de MG France s'est déroulée le samedi 1er décembre en présence de très nombreux cadres et adhérents de tous les départements.

Au terme d'échanges riches et fructueux, les participants ont analysé la situation de la médecine générale et confirmé les objectifs fixés par le syndicat :

  • Les médecins généralistes ne peuvent pas porter la responsabilité du déséquilibre entre l'offre et la demande de soins, dénoncé par MG France depuis des années sans qu'aucune mesure ne soit prise pour le corriger. Ce déséquilibre entraîne de fortes tensions sur les territoires et réclame des actions concertées entre pouvoirs publics, collectivités territoriales et syndicats des professions de santé.
  • La médecine générale n'est pas substituable par d’autres professions. Le médecin généraliste organise et participe à la coordination des acteurs de soins de premier recours au sein des équipes de soins primaires et avec le second recours dans les communautés professionnelles territoriales de santé. Cette coordination n'a rien à voir avec la découpe par appartement de leur métier réclamée unilatéralement par certains. Le coeur de métier du médecin généraliste est plus que jamais le diagnostic et la décision médicale, dans une vision globale et transversale du patient. MG France s’opposera avec force à toute tentative de désorganisation et de dérégulation de notre système de santé basé sur le parcours de soins et le médecin traitant.
  • Les médecins généralistes sont au centre de la régulation de la demande de soins. Ils sont prêts à relever le défi de la réponse aux demandes de soins non programmés si on leur donne les moyens de l’organiser. Ces moyens doivent comprendre l'accès à une formation continue suffisante pour entretenir leurs champs de compétence et pour mettre en oeuvre l’organisation territoriale des soins de premier recours.
  • L'assemblée générale approuve la mise à disposition d'assistants médicaux au sein des cabinets, mais elle s’inquiète du cadre restrictif et contraignant dont ce dispositif pourrait être pourvu, ce qui nuirait clairement à son efficacité.
  • La permanence des soins doit être facilitée par la mise à disposition dans les lieux de garde d'une trentaine de médicaments immédiatement disponibles à l'usage des consultants. Avoir dans leurs cabinets les vaccins essentiels qu'ils doivent administrer aux patients qui les consultent serait la meilleure façon d'améliorer la couverture vaccinale.
  • La visite longue à domicile est essentielle au maintien à domicile des personnes âgées ou dépendantes, sa généralisation est indispensable pour maintenir l’accès aux soins des populations les plus fragiles.

 

L'assemblée générale de MG France a réélu à l'identique les membres de son bureau national, confirmant la confiance qu'elle leur porte pour avancer efficacement sur l'ensemble de ces sujets.

 

Mots clés : Demandes de soins non programmées, régulation, assistants médicaux, visite longue

 

Contacts :

Dr Jacques Battistoni - Tél : +33 662 610 999

Dr Margot Bayart - Tél : 06 07 97 60 79

Dr Jean-Louis Bensoussan - Tél : 06 14 55 48 68

 

Référence du communiqué de presse : N° 2018-38 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

logo-mgfrance

Premier syndicat de médecins généralistes, a été créé en 1986 par la fédération de syndicats départementaux avec pour objectifs : la revalorisation de la Médecine Générale, des soins de qualité accessibles à tous et faire de la médecine générale une spécialité reconnue

Sites associés

MG Form
La formation du Généraliste

France AGA
Association de Gestion Agréée
des professionnels de santé

Medsyn
La télétransmission en
toute quiétude