• Malgré les quelques avancées de reconnaissance de la visite, cet acte peine à obtenir sa revalorisation légitime. Avec ses 35 euros, on est loin du compte eu égard à l’énergie nécessaire pour effectuer cet acte dont bon nombre de médecins se détournent petit à petit. Et pourtant, la visite devient parfois incontournable pour nos patients âgés ou dépendants. L’étendue du travail effectué en visite auprès de ces patients aux polypathologies et bénéficiant souvent d’une équipe pluriprofessionnelle à coordonner est insuffisamment prise en compte. 

    L’extension de la VL est un petit pas. Mais, pour toutes les autres visites, les 35 euros sont très largement insuffisants pour reconnaitre le travail effectué et le temps passé.

    MG France n’a de cesse de demander la revalorisation de la visite. Cet acte est intimement lié au maintien à domicile et il en est souvent le pilier. Il s’agit d’un enjeu majeur pour le gouvernement qui aspire à répondre aux demandes de nos ainés de rester le plus longtemps chez eux.

    Un 8e avenant à la Convention, s'il existait, pourrait être le cadre qui permettrait la formalisation de cette augmentation.

    MG France se pose en ardent défenseur de cette demande. Les médecins généralistes sont attendus sur tant de champs comme les CPTS, les assistants médicaux, les réponses aux demandes de soins non programmés et aux demandes de MT… que revaloriser la visite serait un signal fort et légitime de soutien aux médecins généralistes.

    MG France demande la VL pour toutes les visites du médecin traitant. VL + MD c’est 70 euros pour reconnaitre le rôle indispensable des médecins généralistes au quotidien auprès des patients les plus fragiles. 

     
  • Répondant aux protestations répétées des médecins de terrain, relayées et soutenues par MG France, taxés injustement pour stationner pendant leurs visites, la Mairie de Paris vient de prendre des mesures pour favoriser le maintien à domicile des personnes âgées ou dépendantes.

  •  


    Le 26 juin 2019, MG France a tenu une conférence de presse dans ses locaux de la rue Fernand Léger.

     

    Ce point d’étape était nécessaire avant d’aborder une nouvelle période marquée par la signature de l’avenant 7 et de l’ ACI CPTS.

    Après la négociation, longue, technique et avec des échanges utiles à l’évolution des textes, MG France a pris la décision de signer l’avenant 7 et l’ACI.

    Ce n’est pas une approbation sans conditions mais une signature de raison. Ces accords ont été négociés, ils sont imparfaits, ils devront être évalués, en particulier sur le terrain, et améliorés en fonction des retours terrain.

    la mise en oeuvre de ces accords va demander de l’attention, des explications, et des adaptations à préparer dès maintenant.

     

    Les assistants médicaux : c’est un nouveau métier, ce n’est pas une déclinaison des assistants médico-techniques mais une profession qui entre dans l’équipe du médecin généraliste traitant, à coté de l’équipe de soins primaires qui doit elle-même être reconnue et valorisée. Les équipes qui disposent d’un assistant l’ont montré vendredi dernier en Vendée à la ministre et au directeur de la CNAM. Il s’agit d’un assistant du cabinet de médecine générale qui intervient avant, pendant et après la consultation, rendant au médecin du temps médical disponible en le libérant des tâches les plus chronophages, et en améliorant la qualité des soins en facilitant le suivi médical (dossier).

    MG France souligne la nécessité pour optimiser le temps médical, de disposer d’un temps suffisant avec l’assistant. Le modèle 1 sur 1 doit notamment être étendu à toutes les zones en tension démographique.

     

    Les CPTS: MG ,France agit déjà et agira auprès des ARS. L’accueil des projets doit recevoir partout le même financement et la même attention. Pas de cahier des charges à rallonge, pas de prétentions exorbitantes. Les remontées de terrain montrent une grande hétérogénéité qui doit être corrigée.

    Le financement conventionnel tel qu’il est prévu est insuffisant pour des CPTS matures déployant leurs actions. Il faut une montée en charge progressive des projets et des financements, à partir des initiatives des territoires. Ces projets d’organisation des soins libéraux doivent être portés par les professionnels . Il faut expérimenter, puis généraliser dans le respect des autres professions. Les CPTS seront utiles aux professionnels en leur apportant des services permettant d’améliorer les conditions d’exercice au service de la population, ou ne seront pas. Nous sommes dans une dynamique gagnant-gagnant. Ne ratons pas le coche par manque d’ambition !

    MG France sera très vigilant sur les contre parties attendues, et très présent dans les CPL et CPR.

    MG France réclame d’ores et déjà des points d’étape régulier d’évaluation et d’ajustement de ces mesures.

    Par ailleurs, la Commission Mixte Paritaire a permis un accord entre Assemblée Nationale et Séant sur la Loi Santé permettant la poursuite du parcours législatif de ce texte.

     

    Concernant les modifications apportées par le Sénat et retenue par la CMP, le stage de 6 mois dans les zones en difficulté démographique interroge.

    Faire « obligation » aux jeunes médecins, notamment et presque exclusivement généralistes de pallier les carences de l’État dans les zones sous-denses suscite une colère compréhensible chez nos futurs confrères.

    Le 3ème cycle est un cycle de formation, pas un moyen de lutte contre les déserts consécutifs La maquette de formation des internes doit être préservée, et améliorée. MG France est favorable à une 4ème année, dès lors qu’elle leur donne des garanties sur le contenu de la formation.

     

    Un mot sur la canicule

    C’est le sujet du jour. Restrictions de circulation, prévention pour les personnes âgées ou fragiles, maintien à domicile et conseils

    Les généralistes sont sur le pont ! Comme en 2003. Comme toujours. Cela ne se voit pas, donc cela ne se sait pas ! Mais c’est un travail réalisé quotidiennement par tous les médecins généralistes de ce pays. MG France les défendra s’ils sont mis en cause injustement comme par le passé.

    Le Premier Ministre a récemment déclaré : « Dès le prochain PLFSS , nous enclencherons une première étape avec des mesures favorisant le maintien à domicile … »

     

    La visite de maintien à domicile du médecin traitant est pour MG France une de ces mesures prioritaires.

    MG France se bat depuis des années pour étendre le périmètre de la VL. Cela doit être programmé dans les finances publiques dès le PLFSS 2020.

    Nous demandons au gouvernement de débloquer les financements nécessaires à l’extension progressive de la VL du médecin traitant à tous ceux qui en ont besoin.

    Concernant les consultations complexes, MG France note que ces actes sont sous-utilisés. Une réflexion est donc à mener avec la profession sur la valorisation de certains actes ou la mise en place de forfaits de prise en charge plus importants pour certaines pathologies, notamment dans le cadre de prises en charge pluriprofessionnelles.

     

    Enfin un mot sur les difficultés d’accès aux soins révélées par la nouvelle crise des urgences.

    Nous soutenons les personnels hospitaliers pour lesquels des solutions doivent être rapidement trouvées.

    La vraie réponse réside dans l’organisation des soins ambulatoires. Ce diagnostic partagé devrait être repris par le nouveau rapport Mesnier/Carli.

    Les CPTS nous donnent aujourd’hui le moyen de donner une visage aux soins de ville. D’organiser les soins ambulatoires à l’instar des soins hospitaliers et des structures médico-sociales.

    Elles vont permettre de décrire le mode d’emploi du système de santé à la population. Celui-ci repose sur la communication pour informer le public, sur des outils et des moyens.

    MG France dénonce la confusion entretenue par certains et notamment la FHF, entre soins de ville, demandes de soins non programmées et urgences médicales. Cette confusion est manifeste dans les services d’urgence dont une partie de l’activité est constituée de CCMU1 et 2 qui ne sont pas des urgences médicales (20% de recours inappropriés selon la Cour des Comptes). Cette confusion ne doit pas être entretenue par un numéro d’appel unique ! Le 116 117 : numéro des DSNP doit être déployé partout comme le proposait le récent rapport de l’IGAS.11

    MG France s’interroge sur l’absence de décision. Pas de régulation centralisée au 15 mais une régulation territoriale, renvoyant sur les acteurs de soins locaux, et en premier lieu les MT, s’appuyant notamment sur la TLM.

    Nous continuons donc à réclamer :

    • des moyens significatif pour les CPTS pour valoriser l’engagement des professionnels dans la réponse aux DSNP, la régulation des appels et l’organisation de la réponse
    • Le déploiement rapide du 116 117 et un mode d’emploi du système de soins.
    • L’élargissement des horaires de la PDSA, demandé à la ministre à LGM.
    •  

    Questions diverses ?

    Pour les Hôpitaux de proximité la concertation est en cours avec DGOS et hôpitaux. L’hôpital de proximité doit être co-géré dans les territoires avec les professionnels de santé libéraux et notamment les médecins généralistes

    Pour la retraite, MG France réaffirme ses lignes rouges :

    ASV : participation des caisses / contrepartie du secteur 1 : maintien en volume, protection sociale à améliorer: rôle de la CARMF, devenir des réserves, maintien du niveau de retraite des médecins, gouvernance.

    Vous trouverez l’intégralité de la conférence de presse ici.

    Et ici, l’intégralité du dossier de presse

  • Il est 8h30 et je suis en visite chez Madame L. Nous sommes dans sa cuisine et je vois sur son tableau « jeudi 21 mars visite du docteur » au milieu des horaires de passages de son infirmier et de son kinésithérapeute.

  •  

    En visite à domicile ou en EHPAD.
    Pour les patients atteints de maladie neurodégénérative 3 fois par an.

  • A partir du 10 février 2019, nous pourrons coter davantage de visites longues.

  • L'assemblée générale de MG France s'est déroulée le samedi 1er décembre en présence de très nombreux cadres et adhérents de tous les départements.

    Au terme d'échanges riches et fructueux, les participants ont analysé la situation de la médecine générale et confirmé les objectifs fixés par le syndicat :


  • Jusqu’à l’avenant 6 récemment signé par MG France avec d’autres syndicats, la Visite Longue était réservée aux patients atteints de pathologie neuro-dégénérative.

  • Les Français veulent être soignés chez eux. À près de 90 %.

    À quand une VL (Visite Longue) étendue à toutes les personnes en ALD et dans l’incapacité de se déplacer ?
    La réponse au maintien à domicile commence par là.

    Monsieur le Président, la VL à 70€ pour toutes les situations qui le nécessitent.

  • Le Dr Thomas Mesnier, médecin urgentiste et député LREM, a présenté le 22 mai son rapport sur les demandes de soins non programmés à la ministre de la santé.

  • Les négociations sur la télémédecine sont toujours en cours.

    Passons sur le ridicule des rémunérations proposées au regard du coût du matériel.

  • Le maintien à domicile des personnes âgées répond à une demande légitime des patients et de leur entourage. Il évite le recours à une institutionnalisation précoce en maison de retraite ou EHPAD. Il permet à la personne âgée de conserver ses liens sociaux. Son coût, même en mobilisant des aides à domicile, reste inférieur à celui d’une institutionnalisation.

  •  Alors qu'un cardiologue s'interroge cette semaine sur une tarification améliorée pour le cas où il ferait du RAB pour de la prévention "maladie cardiovasculaire" en consultation, ce que nous faisons nous même 20 fois par jour, entre autres motifs et pour le tarif contraint de 25 euros, je m'interroge sur le concept de la VISITE LONGUE VL.

  •  Nous avons reçu  récemment au bureau de MG69, le mail d’humeur d’un confrère de Saint- Fons dans la banlieue lyonnaise :

    «Suite à une amende pour stationnement «gênant» dans un coin ingarable de St Fons, j’ai signifié à la maire que je ne ferai plus de VAD à l’avenir dans son foyer logement. Eh ben,  elle était pas contente, la maire. Il y a un moment où il faut savoir dire «non» et se faire respecter. Après ils iront se plaindre de n’avoir plus de médecin !»

  • Le 12 septembre, étaient publiés au Journal Officiel, les actes que nous pourrons coter au premier novembre 2017.
    Ces actes, qualifiés par la convention signée avec l’assurance maladie le 25 août 2016, d’actes complexes ou très complexes, reconnaissent pour la première fois la diversité de notre métier, et valorisent la complexité de certaines situations.

  • Chaque jour en marge de mes consultations au cabinet, je me munis de ma mallette et je prends ma voiture pour effectuer mes visites à domicile. Je l’appelle encore « ma tournée » comme les médecins de famille d’hier.

  • Le stationnement dans les villes est un problème insoluble. La France est une vieille Nation dont les centres villes ont été bâtis au temps des chars à bœufs … Voilà pourquoi les municipalités réglementent de plus en plus le stationnement des automobiles en ville.

    Même dans nos provinces reculées, la location très temporaire de dix mètres carrés de chaussée le long d’un trottoir se négocie à des prix qui rendent jaloux les propriétaires fonciers de nos campagnes, lesquels louent des hectares pour presque rien, et ce n’est pas du tarif à la demi-heure !

  • C’est bien connu, les médecins généralistes n’utilisent leur voiture que pour aller acheter des Lego pour leurs enfants, des sacs Hermès, éventuellement pour aller faire les soldes. Rarement pour assurer le maintien à domicile des patients les plus âgés, les plus fragiles, les plus malades. Rarement !

  • Alors que la préoccupation première de l’association des maires de France est de trouver des solutions pour aider à l’installation des jeunes médecins, d’autres décident au contraire de taxer ceux qui travaillent sur leur commune auprès des patients les plus dépendants.

logo-mgfrance

Premier syndicat de médecins généralistes, a été créé en 1986 par la fédération de syndicats départementaux avec pour objectifs : la revalorisation de la Médecine Générale, des soins de qualité accessibles à tous et faire de la médecine générale une spécialité reconnue

Sites associés

MG Form
La formation du Généraliste

France AGA
Association de Gestion Agréée
des professionnels de santé

Medsyn
La télétransmission en
toute quiétude