Actualité

Profession
Le Dr Claude Leicher, qui a présidé MGF pendant 8 ans, vient d’être fait Chevallier de la Légion d’Honneur. 
 
Une légion d'honneur bien méritée. Un peu d’histoire syndicale : 
 

En 2002, la grève des gardes, le ras-le-bol du service continu des MG…

Beaucoup râlent. 
Claude Leicher fait un véritable tour de France des secteurs de garde pour faire l’état des lieux. 
Cela n’avait pas été fait. C’est ce qui a permis d’obtenir le volontariat des gardes et la PDSA organisée. 
 

Le Collège de MG…La reconnaissance universitaire de la spécialité MG…

Dossiers techniques, ardus. Portés par Claude Leicher. 
Et qui ne voit pas aujourd’hui la place importante que joue cette reconnaissance institutionnelle de la Médecine Générale ? 
 

Protection sociale : 

-L’ASM obtenu de haute lutte il y a déjà trois ans… 
Le CD de MGFrance et la mission MGFemmes ont conçu et porté ce dossier du début à la fin.
Claude Leicher a poussé cela auprès des ministres pour que les femmes puissent envisager l’installation en MG.
-Le sauvetage de l’ASV. 2011, tout le monde est prêt à enterrer cette contrepartie matérielle conventionnelle si importante, 
le financement à hauteur des 2/3 par la CNAM sur 40% de notre retraite. C’est la mission retraite de MGF, appuyée par Claude Leicher
qui a obtenu un accord intersyndical et le sauvetage de ce régime. 
 

Le Forfait Médecin traitant.

Obtenu “sur un quai de gare” en négociant encore pied à pied à 6h du matin ! 
C’était peu de chose au début. Plus de 10 000 € par an par MG en moyenne actuellement.
Le pied dans la porte. Bravo Claude Leicher !
 

La mobilisation 2015 et convention 2016, la plus favorable aux MG depuis bien longtemps, 

les 3/4 de l’investissement annuel de la CNAM misés sur les MG ! 
Bravo à la délégation MGFrance emmenée par Claude Leicher.
 

Les CPTS, les assistants…

C’est compliqué, mais dans le déficit démographique où nous sommes, 
"le pire serait de ne rien faire ! “ , citation de Claude Leicher, 
qui à lancé ce chantier que nous poursuivrons.

Sans oublier ASALEE

Expérimentation soutenue par MG France malgré les tentatives de restrictions répétées de son budget et qui démontre aujourd'hui toute son efficacité
 

Et puis le clin d’oeil de l’à-propos :

À F. Van Roeckeghem, alors patron de la CNAM, qui fustigeait le MG ayant loupé un diagnostic de 
tumeur cérébrale chez une de ses connaissances, traitant les MG de nuls, Claude Leicher répondit 
du tac au tac “Mr le directeur, dois-je comprendre que vous demandez aux MG de faire des scanners cérébraux 
aux millions de patients qui se plaignent de mal de tête ?” Cloué, le médisant...
 
Dans cette énumération sans doute incomplète, on voit que tous les aspects du métier de MG, 
tout ce qui peut aider et défendre les MG, a été porté par MGFrance sous la houlette de Claude Leicher. 
C’est une véritable oeuvre de santé publique. 
 
Voila pourquoi Claude Leicher a été élevé à cette dignité. 
Bravo à lui et que personne ne s'étonne !

Les vacances arrivent ! Les français se préparent à partir en vacances et à profiter des chaleurs estivales. Ce sera aussi le cas pour nombre d’entre nous.

Et pourtant ...

Partout en France nous veillons.

Partout en France nous assurons la première ligne de soins essentielle et pourtant si peu visible, si mal médiatisée.

Quand les urgences surchauffent, la France s’émeut.

Quand la démographie des médecins généralistes baisse … Et bien, les généralistes font face.

Ils s’organisent en équipes de soins comme les ESP-CLAP imaginaient par Philippe Collen et Teddy Bourdet.

Ils créent des MSP, des CPTS, et ce bien avant que ce mot ou ce mode d’organisation ne soit à la mode, comme ce fut le cas, en son temps, de Pierre de Haas fondateur de la FFMPS, ou de Patricia Mercier préfiguratrice des CPTS en Bourgogne.

Et comment ne pas évoquer le travail de Dominique Lagabrielle, trop tôt parti, et dont l’énergie souriante a tant contribué à l’essor de notre profession.

Ils inventent l’assistant médical avant les textes réglementaires de l’avenant 7 comme Françoise Guillemot ou Audrey Borras.

Tous ces médecins sont des adhérents de MG France, comme nous tous.

C’est grâce à eux, grâce à vous que notre syndicat porte et réinvente sans cesse notre métier.

C’est grâce à vous que nous sommes le premier syndicat de médecins généralistes et reconnu comme tel par tous.

C’est cette force que nous produisons ensemble qui permet à notre système de soins de garder sa proximité, à MG France de proposer de nouveaux modes de travail et d’organisation et aux généralistes de ce pays de faire face au défi démographique et à l’augmentation des maladies chroniques.

Cette force s’est manifestée à la Grande-Motte au cours d’un congrès qui restera dans la mémoire des congressistes comme celui des propositions, des échanges et de la bonne humeur sous le soleil de début juin.

Cette énergie nous porte et nous inspire pour les combats à venir que sont l’amélioration de la couverture sociale des médecins, la défense de notre retraite, la valorisation de la visite à domicile, et la préparation de la future convention.

Le chemin est encore long pour que notre spécialité occupe la première place qu’elle mérite. Mais avec vous et grâce à vous nous avançons.

À nous de rendre plus visible notre belle spécialité.

La rentrée sera laborieuse alors profitons des vacances !

À bientôt

Pour s'y retrouver plus facilement

 
 

 

NOEMIE est une norme d’échanges avec l’Assurance Maladie.
Ce charmant prénom correspond à un acronyme: Norme Ouverte d’Échanges entre la Maladie et les Intervenants Extérieurs). 
La norme NOEMIE nous délivre une information de paiement dans les 48 heures suivant la réalisation de l’acte. 
Pour bien comprendre nous allons suivre le trajet d’une feuille de soins entre le moment de sa réalisation et l’arrivée du paiement sur votre compte bancaire. 

Tout commence au cabinet 

 

La transmission s’est bien passée ? NOEMIE vous en informe

 

 

Plusieurs points sont à connaître concernant NOEMIE
- L’information est faite dans les 48 heures suivant la transmission
- Chaque retour est appelé « référence » et identifié par un numéro
- Les retours NOEMIE concernent aussi bien les FSE que les FSP
- Les retours NOEMIE vous informent aussi des paiement forfaitaires. Ils sont identifiés par numéro et référence: 
- Forfait patientèle: FORF.PATIENTEL.MT MTF
- ROSP: REMU PERFORMANCE P4P
- Forfait structure: REMU FORFAIT STR. P6P
 
Un retour NOEMIE contient plusieurs informations
 
- Le destinataire du paiement final
- La date de journée comptable où le paiement a été effectué
- Le numéro de chaque lot traité
- Le numéro de chaque facture traitée
- L’identification de l’assuré par son NIR et son nom
- L’identification du patient par son nom, prénom et date de naissance
- Le numéro d’AMC pour les CMU-C
- Des informations relatives aux prestations et actes
- La mention « traitement caisse » signifie que la facture sera traitée ultérieurement
 

NOEMIE et le rapprochement bancaire

 

- Le règlement s’effectue en fonction de la journée comptable et pas de la date de l’acte
- Sur le relevé bancair on trouve: 
- virement CPAMXXX, une référence numérique en 6 chiffres AAMMJJ qui correspondent à la journée comptable
- Un cas particulier: NOEMIE 3, pour les remboursement AMO et AMC traités par la caisse. Dans ce cas là, le paiement est scindé en deux sur le relevé bancaire. 
 
 
 
 
 
 
 
Connaissez vous tous les contrats d'aide à l'installation existants? Les CESP, PTMG, PTMA, PTMR, PIAS ?
Et bien apparemment pas trés bien, si 'lon en juge par le sondage que nous avons fait auprés de nos adhérents
 
371 participants ont répondu
 
 

I- Le contrat d’engagement de Service Public (CESP) 

 

1.1- Quels sont les freins à l’utilisation de ce dispositif ? 

 
- L’une des principales critiques faites au dispositif est que le moment de la conclusion du contrat, en deuxième année, survient trop tôt dans la vie des étudiants pour s’engager dans un tel contrat. En effet, l’étudiant n’a pas forcément de visibilité sur son futur exercice. 
- L’obligation d’installation engendre un dispositif trop contraignant, 
- Il est également reproché à ce dispositif son manque de visibilité, la perte de liberté qu’il peut engendrer.
- De plus, il ressort également que les étudiants ont tendance à croire qu’une installation dans un endroit les invite à finir leur vie dans cet endroit.  Cela est lié avec le fait que les jeunes générations auraient peur de l’engagement. 
 

1.2- Qu’est ce qui inciterait les jeunes à contractualiser ? 

 
- En grande majorité, les adhérents considèrent que, ce qui permettrait de contractualiser c’est d’abord que les jeunes aient un projet d’installation, et que le dispositif soit proposé plus tard dans la vie étudiante.
- Il faudrait également, que les jeunes aient rapidement une idée de la zone dans laquelle ils seront affectés lors de la signature du contrat,
- Ensuite, l’incitation passerait par un financement,
- Éduquer les étudiants afin qu’ils comprennent qu’une installation dans une zone peut être seulement temporaire. Cette éducation pour les étudiants passerait vers une meilleure communication des dispositifs existants. 
 

II- Le dispositif de Praticiens territoriaux de Médecine Générale (PTMG). 

 
 
 

2.1 Quels sont les freins à son utilisation ? 

 
- Le graphique ci-dessus met en exergue le premier frein du dispositif qui est sa méconnaissance. En effet, sur 371 personne, plus de la majorité (52,6%) ne connait pas l’existence du PTMG. 
- Selon les adhérents qui ont répondu au questionnaire, la deuxième raison qui expliquerait que ce dispositif ne fonctionne pas c’est sa complexité administrative, la lourdeur administrative. Sur 168 réponses, on retrouve 25 fois l’idée de la complexité administrative. 
- De plus, il ressort également que le zonage de l’ARS est trop restrictif, trop rigide, et n’est pas mis à jour, 
- Le problème que pose également ce contrat est celui de la difficulté d’exercice sur plusieurs sites. 
- Le mode de calcul de ce dispositif ne permet pas à l’avance de connaitre quel montant va être versé, ce qui rend impossible de l’intégrer à un budget prévisionnel. 
 
 
 

2.2 Quelles sont les pistes d’amélioration possible concernant le PTMG ? 

 
- La simplification administrative, plus de souplesse, augmentation de la durée du contrat, 
- De la communication autour de ces dispositifs afin qu’ils soient mieux connus, 
- Que les ARS mettent à jour les Zones d’Intervention Prioritaires (ZIP) et les Zones d’Action Complémentaires (ZAC),
- Mieux expliquer le dispositif aux jeunes avant l’installation, faire également auprès des jeunes un travail sur l’image du rural, 
- Mieux rémunérer les consultations du patient poly pathologique dépendant (population âgée et très âgée),
- Rendre lisible les lieux d’installation qui permettent de bénéficier de ce dispositif,
- Financer l’emploi d’un secrétariat. 
 
 

III- Le dispositif du Praticien Territorial de Médecine Ambulatoire (PTMA).

 

 
 

3.1- Pour quelles raisons pensez-vous que ce dispositif permet d’améliorer l’accès aux soins ? 

 
- Il favorise l’installation au lieu de poursuivre les remplacements,
- Assure des revenus malgré tout, et ce dispositif comble un manque,  
- Situation attractive, 
- Il facilite l’installation des jeunes femmes en fin d’études qui sont dorénavant majoritaires dans les études de médecine, 
- Ce dispositif permet de limiter le cout d’un congé maternité pour une jeune MG installée, et pour le congé paternité permet au jeune MG d’accompagner leur compagne dans le début de la parentalité. 
- Il incite les jeunes à s’installer en zone fragile car il offre une garantie pour ceux qui sont amenés à construire une vie de famille. 
 

3.2- Quels sont les freins de ce dispositif ? 

 
- D’une part, comme le met en évidence le graphique ce dispositif est trop méconnu et manque de visibilité, 62,5 % des participants au questionnaire n’avaient pas connaissances du PTMA. Comme pour les autres contrats, leur méconnaissance est un frein important. 
- Les réponses au questionnaire permettent de relever que selon les participants ce contrat est noyé au milieu des autres contrats.
- Ensuite, la critique qui revient de nombreuses fois dans les réponses (30x), c’est la difficulté pour trouver un remplaçant. 
- Il est difficile d’avoir un contact avec l’ARS,
- Ce n’est pas une rémunération de congé maternité/paternité qui incite à s’installer dans une zone fragile, la compensation est trop insuffisante pour s’installer dans une zone fragile. Ce contrat a une utilité trop limitée dans le temps, il est considéré comme un « gadget. »
 
 

IV- Le Praticien Territorial de Remplacement (PTMR).

 
 

4.1- Quels sont les freins de ce dispositif ? 

 
- Comme pour les autres contrats, la méconnaissance est un frein important à ce contrat,
- Les objectifs et le nombre de consultations ne sont pas réalistes, la manque de réalité de ce dispositif est une critique qui revient de nombreuses fois. 
- Ce n’est pas d’argent qu’il manque aux médecins, mais des moyens humains et matériels. Il faut améliorer les conditions d’exercice qui sont difficiles ou trop contraignantes. L’argent n’est pas la seule motivation possible. Les médecins regardent également pour la qualité de vie, pour leurs familles, les attentes ne sont pas que financières. 
 

V- La praticien Isolé à Activité saisonnière (PIAS)

 
 

5.1- Pour quelles raisons ce dispositif améliore-t-il l’accès aux soins ?

 
Paradoxalement, ce dispositif est peu connu avec seulement 7,4% des participants qui disent le connaitre, pourtant, pour la majorité d’entre eux (55,7%) ce dispositif est considéré comme améliorant l’accès aux soins pour plusieurs raisons : 
- Ce dispositif tend à répondre à la demande temporaire des patients,
- Ce dispositif permet de répondre à un besoin de certaines villes qui augmentent considérablement leur population en périodes estivales, 
- Certains médecins peuvent trouver leur équilibre dans ce mode d’exercice, la rémunération complémentaire est un plus,
- Cela permet au médecin de rester dans le même secteur toute l’année, ainsi faciliter l’accès aux soins, car le complément de revenu est utile pour les périodes creuses,
 

5.6- Quels sont les freins de ce dispositif.

 
Avec seulement 7,4% des participants qui connaissent le dispositif, le PIAS est largement le contrat le moins connu de ceux présentés ici. Ainsi, on peut aisément constater que le frein majeur de ce contrat est sa méconnaissance. 
 
Ensuite la critique qui revient régulièrement de la part des participants est qu’il s’agit d’un contrat trop exceptionnel, répondant à une situation trop particulière.  
 
 

 

CONCLUSION.

 
 
On constate donc, qu’une large majorité des participants ne sont pas associés à la mise en œuvre de ces dispositifs essentiellement par la méconnaissance de leur existence. 
Ces contrats sont donc à diffuser, en particulier auprés de nos jeunes confrères. 
 
RM Boyer
 

Le 17 mai 2019, dans un communiqué de presse, MG France interpellait le Haut Commissaire à la réforme des retraites, Jean Paul Delvoye, sur des questions précises

  • L’ASV est un des avantages conventionnels et constitue une part importante (40 % en moyenne) de la retraite des médecins secteur 1 (honoraires conventionnés). MG France exige que ces avantages conventionnels, qui sont des honoraires différés, soient garantis sur la durée. Quelles garanties leur sont données ?
  • Les cotisations des médecins ont permis de mettre en réserve des sommes importantes, plusieurs milliards d'euros, nécessaires pour l'équilibre des régimes dans un contexte démographique difficile.
    MG France refuse que ces réserves ne soient pas cantonnées au bénéfice des médecins. Comment seront sécurisées ces sommes ?
  • La CARMF a mis en place des mécanismes de solidarité et d'action sociale au bénéfice des médecins. MG France refuse que ces mécanismes soient mis en danger par la disparition ou la relégation de leur caisse de retraite. Que devient la caisse de retraite des médecins libéraux (CARMF) dans le système cible ? Quelles seront ses missions ?
  • La gouvernance du futur régime universel doit intégrer l'ensemble de ses composantes. MG France refuse que les médecins libéraux soient exclus de la gouvernance du régime. Comment leur sera garantie une représentation efficace notamment pour les décisions portant sur les avantages conventionnels et sur les réserves 

Jean Paul Delevoye lui répond dans cette vidéo

 

 

Une cinquantaine d’invités dont la ministre de la Santé et le directeur de l’Assurance Maladie, plus de 30 exposants, 2 ateliers d’échographie permanents.
Ils auront la parole pour donner leur avis !

 

Faire face à une demande croissante des prises en charge, notamment des patients chroniques, se servir du numérique pour améliorer notre confort d’exercice et la gestion de nos patients et s’organiser sur les territoires avec les autres professionnels de santé.
Mission impossible ?

 

Protéger les patients de la maladie c’est l’une des missions des médecins généralistes.
Mais se protéger, c’est essentiel !!!

Proposer des améliorations de notre protection sociale, définir ensemble des conditions qui permettent de mieux concilier vie professionnelle et vie privée, étudier tous les aspects de la protection juridique.
Ce sont quelques-uns des nombreux sujets que nous aborderons dans notre congrès.

Rejoignez-nous !

Beaucoup d’élus locaux dépités demandent qu’on force les médecins à s’installer dans leurs circonscriptions. Ils donnent l’exemple des infirmiers et pharmaciens dont l’installation est réglementée.

logo-mgfrance

Premier syndicat de médecins généralistes, a été créé en 1986 par la fédération de syndicats départementaux avec pour objectifs : la revalorisation de la Médecine Générale, des soins de qualité accessibles à tous et faire de la médecine générale une spécialité reconnue

Sites associés

MG Form
La formation du Généraliste

France AGA
Association de Gestion Agréée
des professionnels de santé

Medsyn
La télétransmission en
toute quiétude