ISOLER - TESTER - TRACER

C’est la doctrine du conseil scientifique reprise par le Premier Ministre le 11 septembre 2020 du fait de la dégradation sanitaire.

Le mantra qui doit nous permettre de vaincre la COVID-19.

Oui mais… Le constat est sévère.

 

Les recommandations de distanciation sont peu ou mal suivies, sans parler des mesures d’isolement, mal comprises ou refusées pour des raisons économiques (perte de revenus non négligeables, pression, etc.).

Ces recommandations sont si fluctuantes et variables que même les professionnels de santé de terrain que sont les médecins généralistes ont du mal à s’y retrouver !

 

Dans sa conférence de presse de rentrée, MG France a demandé que les recommandations soient éclaircies au plus vite.

En pratique, outre le problème des arrêts de travail déjà traités ici, la principale question qui se pose tient à la durée de l’isolement et aux modalités d’accompagnement de cet isolement.

La priorisation des tests est aussi un sujet essentiel pour les médecins généralistes.

Enfin que faire des enfants exclus de l’école pour cause de contact COVID et surtout des parents ?

Le Premier Ministre a répondu en partie à ces questions.

 

Qui est concerné par les mesures d’isolement ?

  • Une personne symptomatique en attente d’un rendez-vous pour un test RT-PCR
  • Toute personne symptomatique en attente du résultat d’un test RT-PCR
  • Les cas COVID+ symptomatiques ou asymptomatiques, après résultat positif de la RT-PCR (entre 20 000 et 30 000 cas par semaine)
  • Les cas contacts, quel que soit leur état clinique, et ce, jusqu’à un résultat négatif du test RT-PCR.
  •  

Cas symptomatique ou confirmés

Quelle durée pour l’isolement pour les cas symptomatiques non hospitalisés et non immunodéprimés ?

Si la présence d’ARN viral détecté par RT PCR est possible jusqu’à 1 mois après la contamination, la transmission du virus n’a été documentée que très rarement au-delà du 8ᵉ jour d’infection.

L’isolement d’un cas confirmé doit donc être d’une semaine à partir du début des symptômes.

Au-delà le risque est très faible et peut être contrôlé par le port du masque et le maintien des mesures de distanciation.

Si le patient reste fébrile, l’isolement sera poursuivi jusqu’à 48 heures après la disparition de la fièvre

 

Cas contacts

Le délai moyen d’apparition des symptômes après le contage infectieux est de 2 à 12 jours avec une moyenne entre 5 et 7 jours. Très peu de cas après 10 jours

Quelle durée pour l’isolement pour les cas asymptomatiques non hospitalisés et non immuno-déprimés ?

L’isolement est dans ce cas, d’une semaine à partir de la date du test.

Si, au cours de cette période des signes cliniques apparaissent, l’isolement devra être prolongé d’une semaine à partir de la date d’apparition des symptômes.

Si le patient reste fébrile, l’isolement sera poursuivi jusqu’à 48 heures après la disparition de la fièvre

L’isolement d’un cas contact doit être d’une semaine après un contact confirmé. En l’absence de signes cliniques, on proposera une RT-PCR au 7ᵉ jour (qui permet de dépister des patients pré-symptomatiques pouvant développer des symptômes dans les dix jours

 

Et les enfants à l’école ?

Un vrai sujet de perplexité pour les médecins généralistes, tant les demandes sont nombreuses et différentes en fonction des établissements scolaires.

Vous trouverez sur le site mpedia, une infographie très bien faite qui reprend les grandes lignes de la société française de pédiatrie.

Un matériel à afficher dans nos salles d’attente pour expliquer aux parents la conduite à tenir.

 

Pour les parents d’enfants malades et contacts, des mesures ont été annoncées :

Les parents qui sont dans l’impossibilité de télétravailler pourront bénéficier d’un revenu de remplacement dès le premier jour de leur arrêt de travail, et au plus tard jusqu’à la fin de la période d’isolement :

  • Les salariés du secteur privé seront placés en situation d’activité partielle
  • Les travailleurs indépendants et les contractuels de droit public bénéficieront d’indemnités journalières après avoir déposé leur déclaration sur la plateforme : declare.ameli.fr
  • Les fonctionnaires seront placés en autorisation spéciale d’absence (ASA)

 

Cette indemnisation pourra bénéficier à un parent par foyer, en cas d’incapacité de télétravail des deux parents et sur présentation d’un justificatif attestant soit de la fermeture de la classe, soit de la situation de cas-contact de l’enfant.

Les dispositifs d’indemnisation permettent de couvrir tous les arrêts concernés à partir du 1er septembre 2020.

 

Les parents qui ne souhaitent pas que leurs enfants retournent à l’école prennent des jours de congés.

 

La priorisation des tests.

Comme les médecins généralistes le réclament depuis longtemps il faut prioriser les dépistages.

À partir d’aujourd’hui sont prioritaires :

  • Les cas symptomatiques
  • Les contacts rapprochés
  • Les personnels soignants

Qui bénéficieront d’horaires et de lieux dédiés

 

Newsletter

 
 

Calendrier

 
Aucun événement
 

Informations

 
13, rue Fernand Léger, 75020 PARIS 01 43 13 13 13 services@mg-france.fr