Presse

Certains médecins libéraux découvrent le tiers payant à l’occasion des annonces du gouvernement et s’interrogent sur ses bénéfices et ses risques. D’autres le pratiquent de longue date. D’autres encore le refusent systématiquement. Que faut-il en penser ? Quelle est la position du syndicat des généralistes MG France ?

Sa généralisation est-elle une mesure anti libérale ?

Manifestement non. Car il est pratiqué depuis très longtemps dans tout le secteur libéral : médecins spécialistes, infirmières, pharmaciens, cliniques, hospitalisation privée, orthophonistes, kinés, etc.  Et il est en vigueur dans 24 des 27 pays européens libéraux. Surprise : ceux qui le dénigrent sont ceux qui le pratiquent le plus ! La relation entre chiffres d’affaires, revenus des médecins et usage du tiers payant est très parlante. Plus le tiers payant est utilisé, plus les honoraires et les revenus sont élevés. A lire ci dessous et à méditer.

 

Spécialité

Chiffre d’affaire 2010

Revenu net 2010

% des honoraires en tiers payant (part RO)

Directeur médical de laboratoire

1 370 000 (2004)

210 000 (2003)

98%

Radiologue Radiothérapeute Médecine nucléaire

   508 111

217 910

92%

Anesthésiste

   301 303

190 200

90%

Ophtalmologue

   282 638

145 870

31%

Stomatologue

   261 492

116 100

61%

Chirurgiens

   253 204

132 490

82%

Cardiologue

   227 541

120 830

62%

Gastro-entérologue

   206 368

108 630

77%

ORL

   189 811

 95 270

36%

Gynécologue

   182 543

 88 100

44%

Pneumologue

   176 572

 89 820

55%

Rhumatologue

   161 529

 81 220

22%

Généralistes

   131 277

 71 320

37%

Pédiatre

   134 531

 70 890

26%

Dermatologue

   138 085

 64 270

 9%

Psychiatre

   113 624

 63 030

39%

 

Il n’y a pas de différences significatives entre secteur 1 et secteur 2

 

Doit-il être obligatoire ?

En aucun Cas ! Hormis les cas où il l’est déjà (CMU, AME, accident travail), le tiers-payant doit être une faculté offerte au patient quand le médecin le souhaite. Et quand toutes les conditions de garantie seront assurées ! MG France est favorable à un tiers-payant simple et facilité chez le médecin, à sa demande et à condition de ne pas compliquer sa tâche.

Est-il inflationniste ?

Toutes les études sérieuses (dont la plus connue, celle du fonds CMU) montrent que cette idée reçue est fausse. Si c’était le cas, il faudrait rapidement l’interdire dans les secteurs libéraux que sont la pharmacie (93% de TP), les labos d’analyse (98% de TP), les gastro-entérologues (77% de TP) les radiologues (92%), etc.

Déresponsabilise-t-il les assurés ?

94 % des assurés sociaux ont une mutuelle. Ils sont totalement remboursés ou ils bénéficient d’une dispense d’avance de frais presque partout. Sont ils tous devenus irresponsables ?

Posons la question aux spécialistes libéraux qui le pratiquent le plus !

Est-il nécessaire ? 

Bien souvent la pratique du tiers-payant est indispensable pour permettre à nos patients de venir nous consulter.Dans une France en crise économique, la santé des populations passe par un accès facilité aux soins de premier recours. Nul ne doit renoncer à voir son médecin généraliste faute d'argent.

Est-il source de complications ?

Aujourd'hui le tiers-payant n'est pas organisé pour le médecin traitant. Seule une solution simple, garantissant les sommes dues et sans aucune surcharge administrative aura le soutien de MG France. C’est possible. C’est même une condition sine qua non ! Les spécialités, les pharmaciens, les cliniques et les hôpitaux ont les moyens de gérer le tiers payant avec leur secrétariat, mais 2 généralistes sur 3 n’en n’ont pas.

Le tiers payant est une mesure simple qu’il faut adapter techniquement aux médecins traitants. Il est utilisé en France par les principales spécialités médicales. Pour quelle raison les médecins généralistes se priveraient-ils d’un outil largement utilisé par d'autres ?

Dernière heure !

Unanimité syndicale en faveur du tiers payant chez les radiologues : lire le communiqué MG France du 3 octobre 2013.

tierpayant1.PNG

logo-mgfrance

Premier syndicat de médecins généralistes, a été créé en 1986 par la fédération de syndicats départementaux avec pour objectifs : la revalorisation de la Médecine Générale, des soins de qualité accessibles à tous et faire de la médecine générale une spécialité reconnue

Sites associés

MG Form
La formation du Généraliste

France AGA
Association de Gestion Agréée
des professionnels de santé

Medsyn
La télétransmission en
toute quiétude