Presse

Communiqués 2017

MG France se réjouit de voir le gouvernement prendre la mesure du problème posé par l’accès aux soins. L'accès à des soins de premier recours partout sur le territoire sera, à n’en pas douter, un des soucis majeurs de nos concitoyens dans les années à venir et la préoccupation récurrente de nos élus locaux. La baisse programmée et inéluctable du nombre de médecins généralistes que MG France dénonce depuis 10 ans nécessite une politique volontariste et continue dont le plan annoncé par le gouvernement ne constitue que la première étape.

Renforcer l’offre de soins sur les territoires
C’est en priorité structurer les soins primaires de notre pays qui souffrent d’un sous-investissement depuis de longues années. Offrir des conditions de travail attractives aux jeunes professionnels et particulièrement aux médecins généralistes : locaux, personnel, équipement, statut. L’exercice libéral peut permettre le développement de structures de soins adaptées à condition que les professionnels soient durablement aidés et accompagnés dans la réalisation de leurs projets.

Mettre en oeuvre la révolution numérique
C’est d’abord développer et renforcer l’usage des outils existants : logiciels de gestion médicaux, systèmes d’information partagés, bases de données, messageries sécurisées pour la communication entre professionnels. Cela nécessitera pour les pouvoirs publics d’investir sur la formation des professionnels à l’usage de ces outils et de leurs fonctionnalités, et de faciliter dans les équipes de soins primaires la création de médecins directeurs de l’information médicale, comme dans les établissements hospitaliers.
Les applications que sont la télé consultation, la télé expertise et la télé surveillance pourront alors, et alors seulement, devenir pleinement opérationnelles.

Mieux s’organiser sur les territoires pour offrir une présence soignante continue
L’organisation de la continuité des soins répond à une exigence naturelle de la population. Répondre quotidiennement aux demandes de soins non programmées va requérir de la part de médecins généralistes de moins en moins nombreux de gros efforts d’imagination et d’organisation. Les médecins animateurs de ces projets territoriaux devront être encouragés et soutenus par leurs interlocuteurs régionaux et territoriaux. Ces organisations peuvent être à l’origine de nouveaux modes d’exercice en commun s'ils bénéficient des financements adéquats.

Faire confiance aux acteurs des territoires
Ils sont dès aujourd’hui à l’initiative des projets d’organisation les plus innovants, car ils s’appuient sur leurs expériences de soignants et sur leur connaissance des réalités locales. S’appuyer sur leur dynamique implique un changement de paradigme pour leurs interlocuteurs institutionnels : les projets sont à l’initiative des acteurs de terrain qu'il convient d’accompagner et de financer.
MG France portera la parole des généralistes dans toutes les instances de pilotage d’un dispositif, tant national que régional, qui ne saurait donc les exclure.


Mots clés : déserts médicaux, offre de soins, numérique.

 

Contacts :

  • Dr Claude LEICHER - Tél : 06 25 20 01 88
  • Dr Jacques BATTISTONI - Tél : 06 62 61 09 99
  • Dr Jean-Louis BENSOUSSAN - Tél : 06 14 55 48 68
     

Référence du communiqué de presse :
N° 447 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

Au moment où chaque généraliste est interpellé 5 fois par jour sur les traitements thyroïdiens, MG France s'interroge.

 

Qui a décidé de modifier la composition du Lévothyrox ? Pas les médecins généralistes
Qui a oublié de communiquer sur les éventuelles conséquences ? Pas les médecins généralistes
Qui a nié les problèmes rencontrés ? Pas les médecins généralistes
Qui a flanché quand la panique a envahi les patients ? Pas les médecins généralistes
Qui a dit "le patient a le droit de choisir" ? Pas les médecins généralistes
Qui saura, comme toujours, examiner tranquillement les faits et décider avec son patient de la meilleure manière de régler ce qui est devenu une crise sanitaire ? Le médecin généraliste.

 

Il ne manquerait plus maintenant que l'assurance maladie lui reproche sa prescription !


Mots clés : Lévothyrox, crise sanitaire.

 

Contacts :

  • Dr Claude LEICHER - Tél : 06 25 20 01 88
  • Dr Jacques BATTISTONI - Tél : 06 62 61 09 99
  • Dr Jean-Louis BENSOUSSAN - Tél : 06 14 55 48 68
     

Référence du communiqué de presse :
N° 445 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

 

MG France prend acte de la déclaration de la ministre de la santé qui a déclaré hier que les patients doivent "pouvoir choisir le médicament qui leur convient le mieux".

MG France, globalement favorable aux génériques, demande que soit clarifiée la responsabilité des uns et des autres dans la prescription médicamenteuse.

On ne peut pas en même temps dire au patient qu'il doit pouvoir choisir et demander au médecin prescripteur d'entériner ce choix.
On ne peut pas confier la responsabilité du choix au patient et reprocher au médecin de valider ce choix par sa prescription.

MG France suggère aux médecins généralistes de ne pas utiliser la mention "Non Substituable" et conseille aux patients d'en parler avec leur pharmacien qui a tout à fait le droit de délivrer le princeps si le patient lui demande.

MG France demande aux pouvoirs publics, dans un souci de clarté, de faire disparaitre la contrainte de cette mention ajoutée "Non Substituable", manuscrite ou pas, qui reporte sur le médecin la responsabilité d'un choix qui appartient désormais au patient.


Mots clés : générique, prescription, non substituable

 

Contacts :

  • Dr Claude LEICHER - Tél : 06 25 20 01 88
  • Dr Jacques BATTISTONI - Tél : 06 62 61 09 99
  • Dr Jean-Louis BENSOUSSAN - Tél : 06 14 55 48 68
     

Référence du communiqué de presse :
N° 444 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

 

Le 17 juillet, MG France alertait* le gouvernement sur les conséquences de l’augmentation de la CSG sur les avantages conventionnels des médecins.

Mise à jour du communiqué N°442 du 4 septembre 2017
Intervention de Cécile Courrèges, directrice générale de l’offre de soins, au colloque de MG France

Rentrée 2017

Jamais la demande de soins n’a été aussi importante. Jamais l’accès aux soins n’a été si compliqué. Pourtant les difficultés les plus grandes sont encore devant nous. Nos concitoyens sont en danger.

Sous l’influence conjuguée des départs en retraite de la génération du baby-boom et de la faible attractivité du métier, la démographie des médecins généralistes a entamé un mouvement de baisse durable.

Alors que se développe chez les patients recevant la nouvelle formule du Levothyrox® une inquiétude rapportée par les médias, les médecins généralistes sont en première ligne et répondent à leurs questions.

La rentrée scolaire est traditionnellement la période où de nombreux certificats sont réclamés au médecin généraliste, parfois même exigés "en urgence pour permettre une inscription rapide" dans un club de sport.
Chaque médecin généraliste doit donc lire dès maintenant avec attention l’arrêté du 24 juillet paru au JO le 15 aout 2017(*), qui stipule les examens requis pour l'établissement de ces certificats.

L’arrêt de travail fait partie de l’arsenal thérapeutique du médecin. Il est un outil indispensable dans un monde professionnel de plus en plus dur. Les médecins généralistes qui ont, pour l’essentiel, la responsabilité de le prescrire sont pourtant la cible d’un harcèlement croissant de la part de l’assurance maladie.

logo-mgfrance2016_footer.png

Premier syndicat de médecins généralistes, a été créé en 1986 par la fédération de syndicats départementaux avec pour objectifs : la revalorisation de la Médecine Générale, des soins de qualité accessibles à tous et faire de la médecine générale une spécialité reconnue

Sites associés

MG Form
La formation du Généraliste

France AGA
Association de Gestion Agréée
des professionnels de santé

Medsyn
La télétransmission en
toute quiétude