• Caisses d’assurance maladie contre médecins ayant pratiqué le C à 25 euros : tous les moyens ne sont pas bons !

    Le 6 janvier 2015, MG France, suivi ensuite par d’autres syndicats, lançait le mot d’ordre de consultation à 25 euros. Il s’agissait, avant une nouvelle négociation conventionnelle, de fixer un montant permettant d’amorcer l’indispensable revalorisation des honoraires du médecin généraliste, mais aussi de mettre un terme à la discrimination dont les spécialistes en médecine générale étaient victimes. Rappelons qu’un avenant à la précédente convention privait les seuls spécialistes en médecine générale de l’accès à la cotation MPC d’un montant de 2 euros.

  • Témoignage-réflexion sur un contrôle CPAM « bon de transports »

    Je suis une bonne élève, rigoureuse, attentive à ses patients, soucieuse des dépenses de santé, investie dans sa profession, je suis médecin généraliste. Je suis même super médecin généraliste puisque que la dame de la CPAM qui vient me visiter régulièrement ne m’amène que des bonnes notes : je suis dans le vert avec les antibiotiques, avec les statines... Et "vous êtes la meilleure du département pour le suivi du diabète " !
  • Tiers payant : la CPAM vous menace ? Ne faites rien !

    Certaines CPAM se lancent dans la chasse au tiers payant.

  • Certificats de sport : qui va payer ?

    La rentrée scolaire est traditionnellement la période où de nombreux certificats sont réclamés au médecin généraliste, parfois même exigés "en urgence pour permettre une inscription rapide" dans un club de sport.
    Chaque médecin généraliste doit donc lire dès maintenant avec attention l’arrêté du 24 juillet paru au JO le 15 aout 2017(*), qui stipule les examens requis pour l'établissement de ces certificats.

  • IJ : le rouge est mis

    (Ce papier est à lire en imaginant que c’est Gabin qui le joue).

    Les gros ordinateurs de la CNAM tournent et comptent les IJ.

  • Le gouvernement d’Emmanuel Macron va-t-il hériter d'un conflit tarifaire avec les médecins généralistes ?

    Le gouvernement de François Hollande a bloqué la valeur de la consultation des seuls médecins du secteur 1 auquel appartiennent 94 % des médecins généralistes pendant près de 5 ans.

  • Augmentation des indemnités journalières : encore et toujours la faute des médecins !

    Vous avez été « sélectionné » comme « déviant » par la CPAM. Explications et mode d'emploi pour vous défendre.

    Le 7 février 2017 la CPAM des Pyrénées Atlantiques a publié un communiqué de presse, mettant en garde contre la hausse annuelle importante de la prescription des arrêts de travail supérieur de 1 % à la moyenne nationale (3,4 % vs 2,4 % au national).

    Cet effort de sensibilisation pourrait être louable s’il ne souffrait de plusieurs vices congénitaux.

  • Les Français conservent leur confiance dans l'État social

    Quel doit être le rôle de l'Etat social dans un environnement économique pour le moins incertain et dans une période de crise qui semble devoir perdurer ? Les opinions exprimées par les jeunes adultes en matière de protection sociale sont‐elles le reflet de ce fonctionnement du système, ou sont‐elles également le signe de valeurs spécifiques ? La DRESS (1) a tenté de répondre à ces questions à travers sa récente enquête diligentée auprès de quelque 4000 personnes sur la France entière.

  • MG France met en garde les médecins contre un risque de double facturation induit par le cahier des charges Sesam Vitale

    La loi de santé obligera les médecins libéraux à pratiquer le tiers-payant sur les actes remboursés intégralement par l’assurance maladie obligatoire (affections de longue durée - ALD et maternité) à partir du 1er janvier 2017. MG France rappelle son opposition constante à la notion d’obligation qui a pour défaut majeur de reporter sur le professionnel de santé les conséquences d’un dispositif de mise en place inadapté. La dernière évolution en date du cahier des charges Sesam-Vitale, dont le maître d’oeuvre est l’Assurance-Maladie, donne raison au premier syndicat des médecins généralistes.

    Depuis le 1er juillet, certains logiciels font d'emblée une feuille de soins électronique en tiers payant pour tous les patients en ALD dont la carte Vitale est à jour. Sans attirer l'attention du médecin sur ce "forçage", et alors que ce tiers payant est encore facultatif jusqu'au 1er janvier 2017.

    De nombreux médecins généralistes ont ainsi découvert le 1er juillet que leur logiciel a facturé leurs actes ALD et maternité en tiers-payant, alors qu’ils ont perçu directement leurs honoraires comme ils en ont l’habitude. Les obligeant ainsi à rappeler leurs patients pour les rembourser ou à contacter les services de l’Assurance-Maladie.

    MG France appelle les médecins à la vigilance au moment de rédiger leurs feuilles de soins électroniques.

    MG France a interpellé l’Assurance-Maladie sur cette décision unilatérale inacceptable induite par le cahier des charges Sesam-Vitale.


    Mots-clés : tiers-payant, Sesam Vitale, loi de santé

     

    Contacts :

    • Dr Claude LEICHER - Tél : 06 25 20 01 88
    • Dr François WILTHIEN - Tél : 06 13 60 54 31
    • Dr Jacques BATTISTONI - Tél : 06 62 61 09 99


    Référence du communiqué de presse :
    N° 399 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

     

logo-mgfrance

Premier syndicat de médecins généralistes, a été créé en 1986 par la fédération de syndicats départementaux avec pour objectifs : la revalorisation de la Médecine Générale, des soins de qualité accessibles à tous et faire de la médecine générale une spécialité reconnue

Sites associés

MG Form
La formation du Généraliste

France AGA
Association de Gestion Agréée
des professionnels de santé

Medsyn
La télétransmission en
toute quiétude