• La formation professionnelle continue des médecins doit retrouver son indépendance et ses moyens

    Depuis la disparition de la formation continue indépendante de tout conflit d’intérêt industriel, qui avait été mise en place en 1991 dans le cadre conventionnel, la dégradation de leur capacité de formation continue est régulière.

    Il n’est pas acceptable que l’État soit le gérant de notre formation continue. Celle-ci faisait partie du “paquet conventionnel”. Les recommandations européennes évaluent le besoin de formation médicale continue à 40 heures annuelles. Or l’étatisation de la formation continue par la loi HPST a fait disparaître la participation financière de l’assurance maladie et la gestion paritaire, tout en diluant les moyens entre les professions de santé.

    Le récent incident sur la répartition du reliquat de l’année 2016 est significatif de l’absence de vision politique de l’ANDPC. Les médecins ont un besoin absolu d’accéder à 40 heures de formation par an, standard européen. Cela impose que leur budget de formation soit adapté à cette nécessité avec une enveloppe dédiée, notamment en utilisant la surtaxe de l’industrie pharmaceutique, initialement fléchée à cet effet.

    Les « pseudo conflits d’intérêt » opposés aux membres de la CSI des médecins, sont la conséquence de leur participation à l’organisation antérieure des structures de formation médicale continue. Leur opposer des règles plus rigoureuses que celle de l’ANSM par exemple, est le reflet d’une volonté d’exclure notre profession de la gestion de sa propre formation continue. C’est incohérent, et désormais inacceptable.

    Les 12 membres de la section professionnelle médecins de l’ANDPC décident de suspendre leurs travaux tant que ces conditions délétères persistent.

    Les quatre syndicats co-signataires sollicitent un rendez-vous urgent avec Madame la Ministre de la santé et des solidarités. Le dossier formation médicale continue doit être remis à plat. L’indépendance de l’organisation entre pairs doit être restaurée. Les moyens nécessaires doivent être apportés.

     

    Jean-Paul ORTIZ - Président CSMF : 06 07 86 08 83                                            
    Jean-Paul HAMON - Président  FMF : 06 60 62 00 67
    Claude LEICHER - Président MG France : 06 25 20 01 88
    Philippe VERMESCH - Président  SML : 06 09 55 77 24

  • Hold-Up sur la formation continue

    La médecine générale est la spécialité de l’exercice diversifié, universel … ou presque !
    Quelle spécialité a besoin d’entretenir autant de compétences pour assumer son rôle au sein du parcours de soins ?

  • Développement Professionnel Continu : MG France répond à la Conférence des doyens d’Université

    La Conférence des Présidents d’Université et la Conférence des Doyens viennent de publier  une tribune pour rappeler le rôle de l’Université dans la formation des professionnels de santé et demander que le gouvernement inscrive dans les textes régissant le DPC le fait que l’Université soit l’institution stratégique de la formation des professionnels de santé en France.

    Il est bon de rappeler que les professionnels de santé choisissent librement leur formation post universitaire et les organismes qui la proposent. Depuis plus de 25 ans, ils se tournent vers des organismes issus de la profession. L’Université devrait peut-être chercher à en comprendre les raisons plutôt que de chercher à faire inscrire dans la loi une place privilégiée.

    La place de l’Université dans la formation initiale est incontestable et indispensable, mais si le gouvernement répondait favorablement à l'exigence de la Conférence des doyens, la France serait le seul pays développé à confier la formation post universitaire à l'Université.

    Quant aux allégations sur la moindre qualité des formations prodiguées par les organismes professionnels, les universitaires peuvent être rassurés par le nouveau dispositif qui prévoit le retour du contrôle préalable de la qualité des programmes de formation, contrôle qu’ils appellent de leurs vœux. L’Université a donc tout loisir de présenter aux instances de l’ANDPC ses programmes, qui seront traités comme ceux de tout organisme de DPC.

    Les organismes agréés de formation continue sont profondément surpris de cette attitude qui, une fois de plus, démontre une méconnaissance de la réalité des métiers des professionnels de santé en dehors des murs des CHU et des bancs de l'Université.

     

    Mots clés : Université, DPC, Conférence des doyens.
     

    Contacts :

    • Dr Claude LEICHER - Tél : 06 25 20 01 88
    • Dr François WILTHIEN - Tél : 06 13 60 54 31
    • Dr Jacques BATTISTONI - Tél : 06 62 61 09 99


    Référence du communiqué de presse :
    N° 395 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

logo-mgfrance

Premier syndicat de médecins généralistes, a été créé en 1986 par la fédération de syndicats départementaux avec pour objectifs : la revalorisation de la Médecine Générale, des soins de qualité accessibles à tous et faire de la médecine générale une spécialité reconnue

Sites associés

MG Form
La formation du Généraliste

France AGA
Association de Gestion Agréée
des professionnels de santé

Medsyn
La télétransmission en
toute quiétude