• MG France n’a rien lâché: la consultation passera à 25 € en une fois au 1er mai 2017

    La pression qu’a mise MG France dans cette négociation a abouti: non seulement l’exigence de l’équité sur la valeur de la consultation de base a été acceptée, mais en plus près des 3/4 de l’enveloppe financière prévue dans cette négociation va à la médecine générale.

  • Face à des propositions de l’Assurance-Maladie très insuffisantes, MG France appelle les médecins généralistes à se mobiliser

    15 jours avant le terme annoncé des négociations conventionnelles, l’Assurance-Maladie vient de faire brutalement monter la tension.
    Lors de la séance du 7 juillet, le directeur de la CNAM a choisi de repousser de 18 mois l’application du tarif de 25 euros pour les consultations de base. De sa propre initiative ou à la demande du gouvernement, il propose une étape à 24 € le 1er avril 2017, n’autorisant le tarif de 25 € que le 1er avril 2018.

    MG France réclame l’équité des tarifs entre médecins. Cette revendication fait aujourd’hui l’objet d’un consensus intersyndical. Elle doit se traduire par une revalorisation sans attendre du tarif de base de la consultation à 25 euros, et un même tarif pour les mêmes actes réalisés par tous les médecins, qu’ils soient spécialistes d’organe ou spécialistes en médecine générale.

    Ne pas corriger cette discrimination subie par les médecins généralistes compromet l’accès aux soins de toute la population :

    • Comment, alors que les généralistes doivent pallier l’absence de services en proximité, leur demander d’assurer des soins d’urgence en bloquant leurs tarifs ?
    • Comment mettre en œuvre une loi qui parle de soins primaires organisés autour du médecin généraliste traitant, sans lui garantir les moyens d’exercice de sa spécialité ?
    • Comment mettre en œuvre une stratégie nationale de santé qui vise à améliorer la santé publique, en l’absence des médecins généralistes qui en sont les premiers acteurs ?

    Démographie catastrophique liée à des conditions de travail médiocres, revenus horaires nettement inférieurs aux autres spécialités (- 78%), blocage de la consultation depuis le 6 janvier 2011, pour les médecins généralistes la coupe est pleine.

    Dans ces conditions, MG France a décidé d’intensifier sa campagne d’application unilatérale de la consultation à 25 €. Ce mouvement s’étend comme en témoigne le nombre croissant de médecins qui reçoivent des courriers de menace de leurs caisses.

    MG France appelle l’ensemble des syndicats de médecins libéraux à appuyer sa campagne "pas de consultation à moins de 25 €".

    Télécharger l’affiche du syndicat http://www.mgfrance.org/images/actualite/actionsencours/affiche-tarif-cs25.pdf
     

    Mots clés : Négociations conventionnelles, équité, tarifs.
     

    Contacts :

    • Dr Claude LEICHER - Tél : 06 25 20 01 88
    • Dr François WILTHIEN - Tél : 06 13 60 54 31
    • Dr Jacques BATTISTONI - Tél : 06 62 61 09 99


    Référence du communiqué de presse :
    N° 400 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

  • MG France met en garde les médecins contre un risque de double facturation induit par le cahier des charges Sesam Vitale

    La loi de santé obligera les médecins libéraux à pratiquer le tiers-payant sur les actes remboursés intégralement par l’assurance maladie obligatoire (affections de longue durée - ALD et maternité) à partir du 1er janvier 2017. MG France rappelle son opposition constante à la notion d’obligation qui a pour défaut majeur de reporter sur le professionnel de santé les conséquences d’un dispositif de mise en place inadapté. La dernière évolution en date du cahier des charges Sesam-Vitale, dont le maître d’oeuvre est l’Assurance-Maladie, donne raison au premier syndicat des médecins généralistes.

    Depuis le 1er juillet, certains logiciels font d'emblée une feuille de soins électronique en tiers payant pour tous les patients en ALD dont la carte Vitale est à jour. Sans attirer l'attention du médecin sur ce "forçage", et alors que ce tiers payant est encore facultatif jusqu'au 1er janvier 2017.

    De nombreux médecins généralistes ont ainsi découvert le 1er juillet que leur logiciel a facturé leurs actes ALD et maternité en tiers-payant, alors qu’ils ont perçu directement leurs honoraires comme ils en ont l’habitude. Les obligeant ainsi à rappeler leurs patients pour les rembourser ou à contacter les services de l’Assurance-Maladie.

    MG France appelle les médecins à la vigilance au moment de rédiger leurs feuilles de soins électroniques.

    MG France a interpellé l’Assurance-Maladie sur cette décision unilatérale inacceptable induite par le cahier des charges Sesam-Vitale.


    Mots-clés : tiers-payant, Sesam Vitale, loi de santé

     

    Contacts :

    • Dr Claude LEICHER - Tél : 06 25 20 01 88
    • Dr François WILTHIEN - Tél : 06 13 60 54 31
    • Dr Jacques BATTISTONI - Tél : 06 62 61 09 99


    Référence du communiqué de presse :
    N° 399 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

     

  • MG France demande au Président de la République la création d’un fonds d’investissement pour les soins primaires

    Depuis 2003, date de la première proposition d’un forfait structure par MG France, le concept de dotation de fonctionnement, permettant aux médecins généralistes de ce pays d’exercer avec les mêmes moyens que leurs confrères européens, a fait son chemin. 
    Le forfait structure, finançant un poste d’assistant ou d’assistante au cabinet médical, permet de dégager du temps médical disponible pour faciliter l’accès aux soins de la population d’un territoire. C’est un des éléments de réponse à la crise démographique responsable des déserts médicaux.
     
    Ce forfait est désormais une revendication partagée par tous les syndicats médicaux libéraux, et validée par l’Assurance-Maladie en séance de négociation conventionnelle.
     
    Le montant de l’enveloppe prévue pour cette négociation ne permettra pas de donner au forfait structure l’ampleur suffisante pour répondre aux besoins des médecins généralistes traitants. Il convient en effet de rattraper le retard pris par la France en matière d’organisation des soins primaires ambulatoires. 
     
    MG France en appelle au Président de la République afin de créer un fonds d’investissement dédié à l’organisation des soins de premier recours sur tout le territoire, Ce fonds doit permettre la création d’un forfait structure permettant de doter les cabinets de médecine générale des moyens humains et matériels qui lui permettront de répondre aux attentes et aux besoins de santé d’une population qui aspire à être soignée à domicile. MG France demande sa création dans la prochaine loi de financement de la sécurité sociale.
     
    Pour en savoir plus, lire la lettre au Président de la République
     
    Mots-clés : forfait structure, soins primaires, fonds d’investissement

     

    Contacts :

    • Dr Claude LEICHER - Tél : 06 25 20 01 88
    • Dr François WILTHIEN - Tél : 06 13 60 54 31
    • Dr Jacques BATTISTONI - Tél : 06 62 61 09 99


    Référence du communiqué de presse :
    N° 398 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

     

  • MG France demande au Président de la République la création d’un fonds d’investissement pour les soins primaires

     

     

    Monsieur François Hollande
    Président de la République


     

    Paris, le 23 juin 2016

     

     

    Monsieur le Président de la République,

     

    Tous les jours et dans tous les territoires, les médecins généralistes offrent leurs soins à la population au meilleur cout possible et sans « reste à charge », lui garantissant ainsi un parcours de soins accessible.

    Notre pays est confronté à une crise démographique sans précédent de la médecine générale, annoncée par MG France dès 2006, qui culminera en 2025 avec un déficit de 25% des effectifs .

    La désertification médicale n’est plus l’apanage des campagnes, elle devient la règle dans les banlieues et même au cœur des villes. L’Ile-de-France est touchée, et Paris n’échappe plus à ce problème même si l’offre hospitalière masque pour quelque temps encore ce déficit.

    Cette situation est très mal vécue par la population qui a de plus en plus de difficultés à trouver un médecin traitant

  • Tiers payant : MG France contre l’obligation

    Jeudi 15 juin aura lieu la première réunion du comité de pilotage du tiers payant institué par la loi Touraine.

    MG France sera présent à cette réunion pour défendre les intérêts des médecins généralistes libéraux, redire son opposition à l’obligation et ne pas laisser des discussions avoir lieu en l’absence de représentant des médecins.

    À cette occasion, MG France réaffirmera qu’un tiers payant obligatoire obligerait les médecins généralistes à un travail administratif supplémentaire, vérification préalable des droits de chaque assuré, pointage des paiements, réclamations. Ce tiers payant par son obligation ferait porter un risque sur la trésorerie des médecins généralistes, en raison des délais et des incertitudes de paiement.

    MG France redira que les médecins généralistes pratiquent déjà le tiers-payant pour 40% de leurs actes, moins souvent que de nombreuses autres spécialités. L’obligation qui les amènerait à pratiquer un tiers payant dans des situations sans garantie de paiement n’est pas acceptable.

     

    Mots clés : tiers payant, loi de santé
     

    Contacts :

    • Dr Claude LEICHER - Tél : 06 25 20 01 88
    • Dr François WILTHIEN - Tél : 06 13 60 54 31
    • Dr Jacques BATTISTONI - Tél : 06 62 61 09 99


    Référence du communiqué de presse :
    N° 397 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

  • Développement Professionnel Continu : MG France répond à la Conférence des doyens d’Université

    La Conférence des Présidents d’Université et la Conférence des Doyens viennent de publier  une tribune pour rappeler le rôle de l’Université dans la formation des professionnels de santé et demander que le gouvernement inscrive dans les textes régissant le DPC le fait que l’Université soit l’institution stratégique de la formation des professionnels de santé en France.

    Il est bon de rappeler que les professionnels de santé choisissent librement leur formation post universitaire et les organismes qui la proposent. Depuis plus de 25 ans, ils se tournent vers des organismes issus de la profession. L’Université devrait peut-être chercher à en comprendre les raisons plutôt que de chercher à faire inscrire dans la loi une place privilégiée.

    La place de l’Université dans la formation initiale est incontestable et indispensable, mais si le gouvernement répondait favorablement à l'exigence de la Conférence des doyens, la France serait le seul pays développé à confier la formation post universitaire à l'Université.

    Quant aux allégations sur la moindre qualité des formations prodiguées par les organismes professionnels, les universitaires peuvent être rassurés par le nouveau dispositif qui prévoit le retour du contrôle préalable de la qualité des programmes de formation, contrôle qu’ils appellent de leurs vœux. L’Université a donc tout loisir de présenter aux instances de l’ANDPC ses programmes, qui seront traités comme ceux de tout organisme de DPC.

    Les organismes agréés de formation continue sont profondément surpris de cette attitude qui, une fois de plus, démontre une méconnaissance de la réalité des métiers des professionnels de santé en dehors des murs des CHU et des bancs de l'Université.

     

    Mots clés : Université, DPC, Conférence des doyens.
     

    Contacts :

    • Dr Claude LEICHER - Tél : 06 25 20 01 88
    • Dr François WILTHIEN - Tél : 06 13 60 54 31
    • Dr Jacques BATTISTONI - Tél : 06 62 61 09 99


    Référence du communiqué de presse :
    N° 395 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

logo-mgfrance

Premier syndicat de médecins généralistes, a été créé en 1986 par la fédération de syndicats départementaux avec pour objectifs : la revalorisation de la Médecine Générale, des soins de qualité accessibles à tous et faire de la médecine générale une spécialité reconnue

Sites associés

MG Form
La formation du Généraliste

France AGA
Association de Gestion Agréée
des professionnels de santé

Medsyn
La télétransmission en
toute quiétude