• Certificats de sport : qui va payer ?

    La rentrée scolaire est traditionnellement la période où de nombreux certificats sont réclamés au médecin généraliste, parfois même exigés "en urgence pour permettre une inscription rapide" dans un club de sport.
    Chaque médecin généraliste doit donc lire dès maintenant avec attention l’arrêté du 24 juillet paru au JO le 15 aout 2017(*), qui stipule les examens requis pour l'établissement de ces certificats.

  • Élection présidentielle : MG France souligne l’incompatibilité entre exclusion et exercice de la médecine

    À l’heure où chaque citoyen médecin est appelé à exprimer son choix, MG France rappelle les principes essentiels qui doivent guider les activités médicales et les politiques de santé :

  • « Petit risque » : le retour des illusions …

    Dans les années 80, le dessinateur Raoul Van Her, illustrait la place du généraliste en France par la scène suivante : deux médecins de grande taille en blouse blanche, avec les attributs ad oc (stéthoscope autour du cou!) croisent un homme de petite taille habillé en "civil" avec sa sacoche, et l'interpelle comme "soigne petit".

  • Petit risque, grand risque : faux débat !

    MG France, premier syndicat représentant les médecins généralistes libéraux, se félicite de la place prise par la santé dans ce début de campagne présidentielle. Mais, en se focalisant sur la notion de "petit risque », le débat s’engage sur une voie sans issue, abandonnée depuis au moins 20 ans.

    Le concept de petit risque est inopérant. Ainsi, par exemple, l'optique est-elle un petit risque ? Tomber faute de n'avoir pas vu et et se casser le col du fémur, est-ce un petit risque ?

    Au-delà, c'est bien le maintien ou non des principes de solidarité financière, sur lesquels s’est construite en 1945 l’assurance maladie obligatoire, qui est une question essentielle.

    Un consensus international s’établit pour constater que les deux impératifs de tout système de santé, égal accès aux soins et maitrise de la dépense de santé, ne sont réalisables que par le développement d’un étage de soins de santé primaire ambulatoire, organisés en France autour de la fonction du médecin généraliste traitant.
    MG France souligne le retard de notre pays dans l’organisation de cet étage de soins et le sous investissement dont il est victime comparativement à d’autres pays développés. Les études internationales sont pourtant convergentes pour démontrer :

    - qu’en matière de santé publique, augmenter les ressources des soins primaires facilite l’accès aux soins, réduit les inégalités sociales de santé et diminue la mortalité*

    - qu’il est capital de développer l’étage des soins primaires en lui apportant des moyens par répondre aux besoins de santé de la population**
    MG France questionnera les candidats à la présidentielle 2017 lors de son colloque à Paris, à la Maison de la Chimie, le jeudi 2 mars 2017.

    D'ores et déjà, puisque la qualité d’un système de soins se mesure à la facilité financière d’accès aux soins de premier recours, sans reste à charge, MG France rappelle sa proposition formulée en 2015 d’exonération du ticket modérateur pour les actes en soins primaires***.

    Le débat santé de la présidentielle est lancé, il intéresse à juste titre la population. Il doit être l’occasion d’un vrai débat démocratique permettant à chacun de choisir. MG France remercie les candidats de se prononcer sur ses propositions et leur donne rendez-vous le 2 mars.

     

    * : Leiyu Shi, James Macinko, Barbara Starfield and al. "Primary care, social inequalities, and all-cause, heart disease, and cancer mortality in US contries". Am J Public Health, 2005 ; 95 (4) : 674-680 American public health association.

    ** : Organisation Mondiale de la Santé. Primary Health Care. Now More Than Ever. Geneva: WHO; 2008

    *** : http://www.mgfrance.org/index.php/presse/communiques/communiques-2015/876-mg-france-reclame-l-exoneration-du-ticket-moderateur-pour-les-actes-de-soins-du-medecin-traitant

    Mots-clés : présidentielle, soins primaires, exonération du ticket modérateur

    Contacts :
    Dr Claude LEICHER - Tél : 06 25 20 01 88
    Dr François WILTHIEN - Tél : 06 13 60 54 31
    Dr Jacques BATTISTONI - Tél : 06 62 61 09 99

    Référence du communiqué de presse :
    N° 412 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

  • Le développement des soins primaires est la seule solution durable pour redresser les comptes de la branche maladie de la Sécurité Sociale

    MG France dénonce depuis 30 ans le déséquilibre du système de santé français. L’absence d’investissements sur les soins primaires est une des principales causes du déficit structurel de la branche maladie de la Sécurité Sociale. Notre système de santé reste en effet trop centré sur les soins curatifs et trop peu orienté vers la prévention, l’éducation sanitaire et le maintien à domicile des malades.

    La santé publique est encore peu développée dans notre pays. Elle ne fait toujours pas l’objet d‘une attention soutenue des décideurs politiques de tous bords. C’est pourquoi les inégalités sociales de santé demeurent anormalement élevées, entraînant une importante différence d’espérance de vie entre catégories sociales.

    La Loi consacre désormais une place importante à l’organisation des soins primaires, centrée sur le travail en équipe autour du médecin généraliste traitant. La convention médicale qui vient d’être signée s’oriente vers une valorisation de l’exercice du médecin généraliste.

    Ces évolutions positives doivent se poursuivre car elles s’inscrivent dans une crise démographique sans précédent pour la médecine générale. Prévue et annoncée, cette crise est maintenant devant nous. Ce n’est pas la coercition rêvée par quelques députés qui pourra l‘éviter, puisqu’il n’y a plus aujourd’hui assez de candidats à l’exercice d’un métier exigeant et rendu difficile par l’absence de moyens adaptés à notre époque.

    MG France demande donc aux responsables politiques d’aller au bout de cette révolution des soins primaires en créant dans le prochain PLFSS un Fonds d’intervention en soins primaires. Celui-ci devra notamment permettre le recrutement de secrétaires et d’assistants médicaux dans les cabinets de médecine générale. Libérer du temps médical, dont 30 % est consacré à du travail non soignant, permet de prendre en charge plus de patients, facilite le travail du médecin et lui permet de se consacrer entièrement à son cœur de métier : l’examen, le diagnostic et la prise de décisions.

    Ce n’est qu’en investissant durablement sur les soins primaires que nous viendrons à bout de cette crise démographique et organisationnelle qui menace la santé de nos concitoyens et les comptes de l’assurance maladie.

     

     

    Mots clés : déficit structurel, crise démographique, fonds d’investissement en soins primaires.

     

    Contacts :

    Dr Claude LEICHER - Tél : 06 25 20 01 88
    Dr François WILTHIEN - Tél : 06 13 60 54 31
    Dr Jacques BATTISTONI - Tél : 06 62 61 09 99


    Référence du communiqué de presse :
    N° 405 (à rappeler en cas de demande d'information complémentaire)

logo-mgfrance

Premier syndicat de médecins généralistes, a été créé en 1986 par la fédération de syndicats départementaux avec pour objectifs : la revalorisation de la Médecine Générale, des soins de qualité accessibles à tous et faire de la médecine générale une spécialité reconnue

Sites associés

MG Form
La formation du Généraliste

France AGA
Association de Gestion Agréée
des professionnels de santé

Medsyn
La télétransmission en
toute quiétude